Des Biologistes De L'Université RUDN Obtiennent 7 Nanoparticules Métalliques À L'Aide De Fraises

Des Biologistes De L'Université RUDN Obtiennent 7 Nanoparticules Métalliques À L'Aide De Fraises

Les biologistes de l’Université RUDN ont proposé un moyen sûr et écologique d’obtenir sept types de nanoparticules métalliques nécessaires à la médecine et à l’agriculture. Cela ne nécessite pas de produits chimiques coûteux et toxiques ni d’équipement coûteux — la synthèse a lieu à l’aide d’un extrait des feuilles de Fragaria ananassa.

Les nanoparticules métalliques sont utilisées en médecine, en cosmétologie, en électronique et en agriculture. Habituellement, ils sont obtenus physiquement ou chimiquement. Dans le premier cas, des équipements coûteux et beaucoup d’énergie sont nécessaires, dans le second, des produits chimiques coûteux et toxiques nocifs pour l’environnement. Par conséquent, il est nécessaire de développer de nouvelles méthodes qui éviteront ces problèmes — par exemple, une méthode biologique. Les biologistes de RUDN ont proposé une méthode écologique et sûre pour la synthèse de nanoparticules métalliques à partir de feuilles de fraisier.

«Pour la première fois, nous avons utilisé l’extrait de feuille de Fragaria ananassa (fraise) comme source d’agents de réduction, de capsulage ou de stabilisation naturels pour développer un processus écologique, rentable et sûr pour la biosynthèse de nanoparticules à base de métaux, notamment de l’argent, du cuivre, du fer, du zinc et de l’oxyde de magnésium», Maryam Bayat, doctorante à l’Université RUDN. 

Les biologistes ont créé 7 types de nanoparticules — argent, fer, cuivre, zinc, oxyde de magnésium et deux types de particules avec de l’oxyde de zinc. Pour ce faire, les scientifiques ont utilisé des sels métalliques et de l’extrait de feuille de fraisier. L’extrait contient des minéraux qui soutiennent les réactions biochimiques des biomolécules avec des sels métalliques formant des nanoparticules. Pour se conformer au protocole «vert», les biologistes de l’Université RUDN n’ont utilisé aucun produit chimique supplémentaire lors de l’extraction. Après avoir ajouté du sel métallique à l’extrait, il a été mélangé, chauffé, lavé et centrifugé. Après séchage, les scientifiques ont obtenu un précipité et l’ont broyé en obtenant les nanoparticules. Les conditions spécifiques de ce processus dépendaient du type de nanoparticules souhaité. Par exemple, pour obtenir des nanoparticules de zinc, les biologistes ont utilisé de l’acétate de zinc. Il a été ajouté à l’extrait de fraise et chauffé à 90 ° C, puis centrifugé pendant 25 minutes à 10 000 tr/ min.

Les biologistes de l’Université RUDN ont étudié les particules obtenues par spectroscopie ultraviolette, déterminé leur taille, leur forme, leur structure et leur uniformité à l’aide d’un microscope électronique à balayage. Les résultats ont confirmé la composition et la nanostructure des particules. Selon les biologistes, la synthèse «verte» permet d’utiliser de telles nanoparticules en médecine et en agriculture — par exemple, pour lutter contre les bactéries et les champignons, ainsi que pour améliorer la croissance des plantes.

«Comme dans cette enquête une méthode verte, durable et hautement bénigne est introduite, une grande variété d’applications potentielles pourraient être explorées pour de telles nanoparticules à base de métaux biosynthétisées, en particulier dans les domaines de la médecine, de l’administration de médicaments, de la biotechnologie, de la catalyse, de l’agriculture, etc. Par exemple, nous avons évalué l’activité antibactérienne des nanoparticules d’argent, de cuivre et de ZnO biosynthétisées sur la bactérie Pseudomonas aeruginosa et l’activité antifongique sur Botrytis cinerea et certains autres champignons pathogènes; nous avons également étudié l’effet de ces sept nanoparticules biosynthétisées sur la germination des graines et la croissance des semis de graines de blé et de lin qui seront publiées dans nos prochains rapports », Meisam Zargar, docteur en sciences agricoles, professeur à l’Université RUDN.

Les résultats sont publiés dans les molécules

Recherche
14 Apr
Des biologistes de l'Université RUDN ont étudié des micro-organismes vivants dans des liquides toxiques pour le travail des métaux

Les biologistes de RUDN ont étudié les micro-organismes qui peuvent survivre dans les fluides de coupe utilisés dans le travail des métaux. Les résultats obtenus nous permettront de " capter " des bactéries et des champignons capables de transformer des fluides résiduaires toxiques en un produit inoffensif.

Recherche
12 Apr
Les agronomes de l'Université RUDN ont augmenté le rendement du blé de 68%

Les agronomes de l’Université RUDN ont proposé un nouveau schéma de fertilisation du blé d’hiver, qui permet d’augmenter le rendement de 68 %. La clé pour cela est la combinaison d’azote et de régulateurs de croissance.

Recherche
03 Apr
Vétérinaire de l'Université RUDN: l'eau salée protège les poissons du stress lorsqu'ils se déplacent

Un vétérinaire de RUDN avec des collègues du Brésil et d’Iran a trouvé comment atténuer le stress des poissons pendant le transport. Il s’est avéré que cela peut être réalisé avec de l’eau salée.