Les biologistes de RUDN ont prouvé l'efficacité des nanoparticules d'argent dans la lutte contre les phytopathogènes

Les biologistes de RUDN ont prouvé l'efficacité des nanoparticules d'argent dans la lutte contre les phytopathogènes

Les biologistes de RUDN ont prouvé l’efficacité des nanoparticules de métal biogéniques contre certains champignons qui attaquent les plantes. Les nanoparticules elles-mêmes sont obtenues de manière sûre à base d’extrait de feuille de fraise.

Les champignons phytopathogènes Botrytis cinerea, Pilidium concavum et Pestalotia sp affectent de nombreuses plantes: fraises, solanacées, haricots et autres. Les biologistes de RUDN ont proposé une manière fondamentalement nouvelle de lutter contre ces phytopathogènes. Pour ce faire, ils ont utilisé des nanoparticules de métaux — argent et cuivre. Les nanoparticules elles — mêmes sont obtenues de manière biogénique «verte» — à base d’extrait de feuilles de fraise, sans l’utilisation de réactifs nocifs. Il s’agit de la première application réussie de nanoparticules métalliques biogéniques pour lutter contre ces phytopathogènes. 

«Pour l’évaluation de l’activité antifongique des nanoparticules, nous avons choisi trois pathogènes champignon: Botrytis cinerea, некротрофический fongique pathogène, frappant plus de 200 espèces de plantes différentes, Pilidium concavum, qui provoque des taches sur les feuilles et la nécrose de tiges, de nombreuses espèces de plantes, principalement de la fraise, et Pestalotia sp. qui frappe les feuilles d’azalée. Il n’y a que quelques expériences menées sur les deux derniers champignons, mais il n’y a pas eu une seule étude sur l’effet antifongique des nanoparticules sur ces champignons», — Maryam Bayat, étudiant diplômé de l’institut de technologie agraire RUDN.

Les auteurs ont décrit la création de nanoparticules de métal biogènes dans des travaux antérieurs et ont maintenant présenté la première expérience de leur utilisation contre les champignons. Pour ce faire, les biologistes de RUDN ont utilisé deux méthodes: la méthode de reproduction en gélose et la méthode de germination des spores. Dans le premier cas, un agent antifongique potentiel est introduit dans le milieu nutritif (agar) à différentes concentrations. Ensuite, la culture du champignon y est semée et la présence ou l’absence de croissance est surveillée. Dans la deuxième méthode, les spores sont placées dans un milieu nutritif avec un médicament antifongique — des structures cellulaires individuelles que les champignons utilisent pour se reproduire. 

Les nanoparticules d’argent ont ralenti la croissance des champignons B. Cinerea et P. Concavum de 28% et 65,4%, respectivement, à une concentration de 0,01%. Le mécanisme de cette action antifongique n’est pas complètement clair, mais les biologistes de RUDN ont suggéré que les nanoparticules d’argent forment des pores sur la membrane cellulaire du champignon — ce qui entraîne la mort cellulaire et inhibe le processus de bourgeonnement. La germination des spores de B. Cinerea a été complètement supprimée avec une solution contenant 0,01% de nanoparticules d’argent. Les nanoparticules de cuivre se sont révélées inefficaces contre les champignons — elles n’ont pratiquement pas affecté la prolifération des spores et des champignons. 

«Ces nanoparticules peuvent potentiellement être utilisées comme antimicrobiens dans le traitement antifongique ou comme additif aux médicaments conventionnels. Les nanoparticules d’argent se sont révélées être un agent plus efficace contre tous les agents pathogènes étudiés que les nanoparticules de cuivre», a déclaré Meissam Zargar, professeur adjoint au département d’agrobiotechnologie du RUDN.

Les résultats sont publiés dans la revue Molecules.

Recherche
16 Jan
Linguiste RUDN: l'intimidation et la rhétorique militaire dans les médias pendant la pandémie rendent les gens pessimistes

Dans la conversation sur COVID-19, la télévision, les journaux, les magazines et les médias sociaux se tournent vers des métaphores de batailles qui font que combattre une pandémie ressemble à une guerre. En outre, le coronavirus est souvent discuté dans un ton trop alarmant et menaçant. Ce problème est si aigu que même le terme «infodémie», qui décrit la panique dans les médias et les réseaux sociaux, est apparu. Les linguistes de RUDN ont étudié comment une telle langue affecte l’état des gens.

Recherche
29 Dec 2022
Les écologistes des Mines ont trouvé une vulnérabilité dans le calcul de la teneur en matière organique dans les sols arables à partir de données de télédétection de la Terre

Les écologistes ont montré que l’une des méthodes qui déterminent la teneur en matière organique du sol s’avère inefficace après les précipitations. Des études ont montré que l’exposition à la pluie sur la surface exposée des sols arables entraîne une diminution de la précision de la simulation de la teneur en matière organique de 70%. Les écologistes de RUDN ont également proposé comment compenser ce phénomène négatif et augmenter la précision des calculs jusqu’à 84%.

Recherche
27 Dec 2022
La RUDN et la Société écologique russe conviennent de créer un Centre de diplomatie verte

Le recteur de la RUDN Oleg Yastrebov et le chef de la Société écologique russe Rachid Ismaïlov ont signé un accord de coopération le 22 novembre. L’objectif principal est de créer un centre pour la diplomatie verte.