Qu'étudie une fille d'un policier équatorien à Moscou?

Qu'étudie une fille d'un policier équatorien à Moscou?

La deuxième année de cours des masters à l’Institut de droit de l’URAP — le choix de la spécialité d’Angelica Sandoval a sans aucun doute été influencé par son père. Il sert dans la police et la jeune fille de son enfance a écouté des histoires sur la recherche de criminels, les embuscades, les poursuites et les fusillades. Le mot clé est fille, donc la famille est la famille, mais la décision d’étudier la médecine légale semble un peu extravagante. De plus, lorsque la formation se déroule littéralement à l’autre bout du monde, en Russie. Bien que, si on figure-le bien, tout est absolument logique: rêves d’enfance, objectifs de vie — à l’URAP, Angelica a réussi à trouver tout ce qu’elle cherchait.

"J’ai été impressionnée non pas tant par le tournage d’histoires ou les romans policiers que par la psychologie «explique Angelica» Je voulais comprendre ce qui se passe dans l’esprit des criminels, ce qui les pousse à commettre des crimes".

En conséquence, elle a commencé ses études par un diplôme en psychologie à la Faculté de philologie. Plus tard, elle s’est rendu compte qu’elle n’avait pas une connaissance suffisante du cadre juridique, et est entrée dans le cours des masters à l’Institut de droit de l’URAP afin de maîtriser la spécialité "Activité d’expert médico-légal dans l’application de la loi".

"Les détails, les questions d’infractions spécifiques sont certainement intéressants «dit Angelica» Mais je m’intéresse aussi aux problèmes globaux, aux tendances générales qui forment des modèles de comportement extrêmement dangereux, souvent simplement monstrueux, dans lesquels, par exemple, le féminicide est possible".

Le féminicide (ou fémicide, gynécide ou gynocide) est un crime haineux sexiste. La soi-disant violence domestique n’est qu’une de ses manifestations, une sorte de présage de ce que les protocoles pourront plus tard décrire sèchement comme le meurtre délibéré d’une ou plusieurs femmes ou filles pour la raison qu’elles sont des femmes. L’étudiante étudie le sujet du féminicide en Équateur depuis plusieurs années. Le développement de ce sujet difficile demande du temps et des efforts de la part d’Angélica: il faut traiter des statistiques et parler délicatement de crimes terribles.

Pourquoi Angelica a-t-elle décidé d’aller en Russie, à Moscou? Premièrement, depuis l’école, elle rêvait d’étudier dans un autre pays. Deuxièmement, le choix a été influencé par les liens commerciaux et économiques de longue date entre les deux pays, qui n’ont pas été interrompus depuis de nombreuses décennies. Et surtout, déjà à l’université, elle a trouvé de nombreuses opportunités de réalisation de soi.

"Cette année, je suis devenue présidente de la communauté équatorienne «, déclare Angelica. — “Une charge supplémentaire, mais intéressante, des disciplines, m’apprend à travailler en mode multitâche : aider au foyer, organiser des cours, organiser un concert — il faut tout faire, et les questions affluent constamment. Eh bien, une communication constante est également très importante, cela aide beaucoup".

Après avoir obtenu son diplôme, Angelica a l’intention de retourner en Équateur, de coopérer avec la police et de mettre en œuvre un programme de protection des femmes. Mais l’étudiante fait une réserve qu’il s’agit du plan initial, pour ainsi dire, de base. Maintenant, après plusieurs années passées en Russie, elle n’exclut pas qu’il puisse changer.

"Il y a une chance que je reste en Russie. J’aime vraiment ça ici et c’est un pays de grandes opportunités professionnelles", déclare Angelica Sandoval.

Vie à l’URAP
08 Oct
«Je me suis toujours sentie comme une Russe dans mon âme», — Kasuni Pokuneguda, étudiante de l’URAP

Les contes de fées de Pouchkine, l’amour des enfants, la mise en place d’un nouveau programme éducatif et une thèse à Oxford. Comment l’affection d’enfant a influencé le choix de l’université, quel rôle a joué le prestige de l’URAP et comment Kasuni Pokuneguda, une étudiante du Sri Lanka, voit son avenir.

Vie à l’URAP
05 Oct
Comment les rêves d'enfance cèdent la place aux principes de la vie: «Quand j'ai mis une blouse blanche pour la première fois, quelque chose a cliqué à l'intérieur»

Aman Mohammad Suleiman est étudiant à la Faculté de médecine à l’URAP. Il y a six ans, il est venu d’Afghanistan rêvant d’un métier d’ingénieur. Mais, comme on sait, un homme joue de la trompette et le destin joue avec un homme. Aman s’est inscrit à la faculté de médecine, il envisage aujourd’hui de devenir réanimateur et est fier de ce choix.

Vie à l’URAP
16 Sep
Comment un étudiant algérien a appris à utiliser les obstacles et a été inspiré par de grands entrepreneurs

La langue russe est le premier obstacle auquel Amin Mesaudi, étudiant de 4e année à l’URAP, a été confronté sur le chemin de son rêve. Le rêve est de devenir un grand entrepreneur. Les idoles sont Jack Ma, qui a créé Alibaba et Steve Jobs, qui a finalement rendu le monde dépendant des gadgets. Mais, contrairement à eux, originaire d’Algérie, Amin est déterminé à faire des études supérieures et seulement ensuite à faire carrière.