Un chimiste de RUDN University a développé une méthode respectueuse de l'environnement pour obtenir un remède contre le paludisme et la lèpre

Un chimiste de RUDN University a développé une méthode respectueuse de l'environnement pour obtenir un remède contre le paludisme et la lèpre

Le chimiste de l’Université RUDN a développé une méthode pour la synthèse "verte" de la dapsone, une substance qui inhibe la croissance des pathogènes du paludisme et de la lèpre. Le principal réactif de la nouvelle réaction, le peroxyde d’hydrogène, ne forme pas de composés dangereux pour l’environnement et le seul sous-produit de la réaction est de l’eau. Contrairement à d’autres méthodes, cette méthode permet d’obtenir la dapsone en une seule étape sans chauffage à des températures élevées, et le catalyseur de réaction peut être réutilisé sans perte de propriétés.

La lèpre, est considérée comme une maladie "oubliée", mais chaque année dans le monde (principalement en Inde, au Brésil et au Népal), l’on détecte 200 000 cas de la maladie. La lèpre peut être guérie si des antibiotiques sont pris à temps pour arrêter la croissance des bactéries du genre Mycobacterium. Une autre maladie, le paludisme. Elle était et reste l’une des plus courantes. Plus de 200 millions de personnes contractent le paludisme chaque année. La croissance du paludisme, un organisme unicellulaire du genre Plasmodium, peut également être arrêtée avec des antibiotiques. L’antibiotique dapsone agit sur les agents pathogènes de la lèpre et du paludisme. Il figure sur la liste OMS des médicaments essentiels et est considéré comme sûr et abordable. Cependant, sa synthèse n’est pas respectueuse de l’environnement. Elle nécessite des conditions difficiles : chauffage et acides agressifs tels que le sulfurique. Le chimiste de l’Université RUDN a développé une méthode qui permettra d’obtenir la dapsone par des méthodes de chimie » verte «. Cela augmentera la production et rendra la dapsone plus abordable.

 

La dapsone, sulfone de diaminophényle est constituée de deux cycles benzéniques avec des groupes aminés NH2. Les anneaux sont reliés les uns aux autres par un atome de soufre oxydé, ou groupe SO2. La dapsone est obtenue par oxydation de son précurseur, dans lequel les cycles benzéniques sont reliés par le soufre et l’hydrogène — le groupe SH. L’oxydation peut également affecter les groupes aminés sensibles, par conséquent, ils doivent être protégés avant la réaction, par exemple, en attachant des groupes protecteurs spéciaux. Le chimiste de l’Université RUDN a développé un catalyseur permettant d’oxyder les groupements SH du précurseur à l’aide de peroxyde d’hydrogène classique. Il est considéré comme l’oxydant le plus "vert", car il ne produit qu’un seul sous-produit : l’eau. L’oxydation se produit à température ambiante, en une seule étape, sans protection préalable des groupes aminés.

"Plusieurs réactions de synthèse de la dapsone étaient auparavant connues, mais aucune d’elles ne peut être qualifiée de totalement écologique. Tous ne se déroulent que dans des conditions sévères et seulement en plusieurs étapes : l’ajout de groupes protecteurs, puis la synthèse elle-même et l’élimination des groupes protecteurs. Cette complexité augmente la probabilité d’obtenir des substances non-cibles et des sous-produits qui doivent être éliminés de la réaction", Rafael Luque, PhD, directeur du centre de recherche "Conception moléculaire et synthèse de composés innovants pour la médecine", Université RUDN.

Les chimistes ont créé un catalyseur à partir de matériaux polyoxométallates à base de tungstène existants. Pour ce faire, ils ont remplacé certains des atomes de tungstène par des atomes de vanadium. Cela a augmenté les propriétés acides du catalyseur : la réaction a commencé à se dérouler plus rapidement et à basse température. Pour éviter le lavage du catalyseur pendant la réaction, les chimistes de l’Université RUDN ont fixé les composés obtenus à l’intérieur d’un matériau poreux : un hydrogel composé d’acide propanoïque et d’acrylamide. Cela permet au catalyseur d’être réutilisé au moins trois fois sans perte de propriétés. Les chimistes ont également sélectionné les conditions optimales pour la synthèse et la concentration des réactifs et ont réalisé une oxydation à cent pour cent du précurseur de la dapsone en seulement neuf heures à une température de 25 ?.

Recherche
27 Jun
Mathématiciens RUDN: 5G fera face au trafic lors de l’utilisation de WiGig

Les mathématiciens de RUDN ont étudié la possibilité de combiner la technologie 5 GNR  et WiGig - une gamme de hautes fréquences qui vous permet de transférer des données à des vitesses allant jusqu’à 10 Gbps. Cela permettra de lisser les fluctuations du trafic dansles réseaux 5Get de faire face aux demandes des utilisateurs.

Recherche
23 Jun
Les scientifiques ont découvert que la colonne d'eau des lacs Yamal peut servir de «filtre microbien»

Les scientifiques de l'Institut de Microbiologie de l'Académie des sciences de Russie, RUDN, Saint-Pétersbourg et le centre scientifique de Tioumen de l'Académie des sciences de Russie ONT étudié les communautés bactériennes de plusieurs lacs de la péninsule de Yamal. Il s'est avéré que dans les lacs profonds «matures» de la péninsule, les méthanotrophes (bactéries qui utilisent le méthane comme source de vie) sont plus actifs dans la consommation de méthane que dans les petits lacs thermokarstiques. À cet égard, les émissions de méthane dans l'atmosphère à partir de la surface des lacs profonds sont faibles et seuls les petits lacs (relativement jeunes thermokarstovye par la formation de la texture de la glace souterraine) peuvent contribuer de manière significative aux émissions de méthane dans le Nord de la Sibérie occidentale. Ainsi, les bactéries remplissent une fonction importante pour l'équilibre climatique — réduire les émissions de méthane dans l'atmosphère.

Recherche
20 Jun
Les physiciens de RUDN ont déterminé les conditions optimales de rétention des caillots de plasma à haute énergie dans un piège magnétique de type liège

Les physiciens de RUDN ont décrit les conditions du fonctionnement le plus efficace d’un piège magnétique de type liège en mode de résonance automatique. Ces données aideront à mieux comprendre les processus plasmatiques dans les pièges magnétiques.