"L'architecture m'a choisi par elle-même": comment un étudiant de RUDN University s'est retrouvé dans l'art

"L'architecture m'a choisi par elle-même": comment un étudiant de RUDN University s'est retrouvé dans l'art

"Je ne pense pas que les gens puissent apprendre l’architecture. — Zaha Hadid, la célèbre architecte irakienne, aimait à dire: "Les gens ne peuvent qu’être inspirés". Ces mots résonnent dans le cœur de l’étudiant de l’URAP Ali Shamsaldin, il considère Hadid comme sa "marraine" dans la profession.

La passion d’Ali pour le dessin s’est réveillée dans son enfance: " Je vois les choses différemment, pas comme les gens ordinaires. Je remarque toujours des détails, des combinaisons de couleurs intéressantes que seul un artiste peut voir. Une personne regarde un bâtiment et ne voit qu’une structure en béton ou en brique, tandis que je remarque l’harmonie des lignes et l’esthétique technique de la maison. "Après l’école, il avait le choix où aller pour étudier depuis Erbil: en Malaisie, en Turquie ou en Russie. Le choix s’est porté sur la Russie, car, l’étudiant admet: "C’est un pays unique à l’architecture incroyable!"

Le déménagement est devenu un grand stress, car Ali n’avait jamais étudié le russe auparavant. "Sois un homme, n’appelle pas ton père en larmes", se répétait-il ces mots. Ce n’est qu’après avoir obtenu son diplôme de la faculté préparatoire qu’il a finalement réussi à s’installer dans une nouvelle culture.

Pour Ali, la Russie est devenue l’épicentre des réalisations architecturales et s’est profondément révélée dans son travail. Pendant son temps libre, il a commencé à visiter le musée d’art moderne, à parcourir les rues de la capitale, à dessiner des croquis de vieilles églises et à capturer la nature des parcs de Moscou. Le jeune artiste continue de s’inspirer des œuvres de son idole : le centre d’affaires de Moscou Dominion Tower et la station de métro dorée de Riyad.

En Russie, l’étudiant s’est entièrement consacré à la créativité: il est surtout fasciné par les portraits féminins et les natures mortes. Le succès a commencé avec de petites expositions d’œuvres et un blog d’art sur les réseaux sociaux. En parallèle, il s’est même mis à la coiffure ! Le programme "Nouveau jour — nouvel objectif" se déroule parfaitement.

Ali rêve que sa famille et son pays soient fiers de lui: à l’avenir, il envisage de concevoir des bâtiments dans son pays natal. Par conséquent, l’étudiant se fixe des objectifs de développement personnel pour au moins cinq ans à venir: consacrer au moins deux heures par jour au dessin, étudier avec diligence, aller à l’école supérieure et, après l’obtention du diplôme, enseigner à l’université. "Si vous prenez des connaissances, sachez comment les donner", croit-il.

Un jour, son meilleur ami a demandé: "Ali, tu t’es fixé de nombreux objectifs, mais tu as besoin d’un point de référence. Qui est ton exemple à suivre?" Puis il a réfléchi un peu et a répondu: "Mon exemple à suivre, c’est moi-même dans 10 ans".

Vie à l’URAP
25 May
Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Qais Abdulkader du Yémen a choisi sa future profession consciemment. Il était un étudiant assidu et déjà dans sa troisième année a gagné la première place à un forum international des sociétés pétrolières. L’étudiant a révélé le secret: comment tirer le meilleur parti de ses études à l’URAP et ne pas être déçu par sa profession.

Vie à l’URAP
20 May
«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Je suis profondément convaincu que si l’objectif est de changer le monde, le journalisme est l’arme la plus efficace et la plus rapide pour cela», — une étudiante du cours des masters de l’URAP aurait facilement partagé ces mots du scénariste britannique oscarisé, convaincue que la profession de journaliste est le meilleur moyen pour une personne avec de l’ambition et une langue acérée.

Vie à l’URAP
19 May
Connaissance de trois langues et des jeux de la Ligue des Champions: comment devenir journaliste sportif, life-hacking de l'étudiante de l’URAP Marieli Mendoza

Le poste de chroniqueur sportif est généralement une prérogative purement masculine. Mais l’étudiante de l’URAP, Marieli Mendoza, originaire du Venezuela, a réussi à démystifier ce mythe. Pour ce faire, elle a dû apprendre le russe à partir de zéro, étudier en profondeur l’analyse du sport et comprendre les lois du genre dans la rédaction de reportages et d’informations. Dans une interview, Marieli a parlé de ses records personnels.