«J’ai injecté un hérisson nain», — a déclaré Victoria Vernoust, étudiante en médecine vétérinaire de la RUDN

«J’ai injecté un hérisson nain», — a déclaré Victoria Vernoust, étudiante en médecine vétérinaire de la RUDN

Dans cette interview Victoria nous parle de son amour pour les agames barbus, de l’escrime, des compétences vétérinaires importantes et des relations difficiles avec les propriétaires d’animaux domestiques.

Quelles matières universitaires t’aident dans ton travail?

L’anatomie, l’histologie et la pathophysiologie sont les bases. J’ajouterais également la pharmacologie qui facilite le travail. Et la déontologie — l’éthique et la communication avec les propriétaires d’animaux. Il est important de trouver la bonne approche et les bons mots pour les propriétaires d’animaux qui sont malades.

Combien d’animaux de compagnie possedes-tu?

Un chien Border Collie — c’est un. J’ai ramené un agame barbu de la clinique — ça fait deux. Je l’ai fait radiographier et je n’avais jamais manipulé de reptile auparavant — c’était difficile. Et troisièmement, un chaton avec une histoire: un chat et des chatons se sont trouvés dans notre clinique, nous les avons tous soignés et disctribués parmi les bonnes personnes, et ce petit chaton est arrivé chez moi.

Notre clinique accueille principalement des chats et des chiens, mais le ratologiste voit souvent des lapins, des hamsters et des hérissons. Il m’est arrivé d’injecter un hérisson nain et de soigner des cochons d’Inde qui font des bruits bizarres.

Quels difficultés as-tu dans ton travail?

C’est la tension émotionnelle qui est la plus difficile pour moi. Il est difficile de travailler avec des animaux et d’interagir avec les propriétaires lorsque vous ne pouvez rien faire pour les aider.

Nous sommes parfois confrontés à l’ignorance de certaines maladies par les propriétaires. Il est difficile de prouver qu’il est nécessaire de vacciner et de traiter même les animaux qui ne sortent jamais de la maison.

Pourquoi as-tu choisi la médecine vétérinaire à la RUDN?

C’est très cool d’étudier côte à côte avec des étudiants de différents pays! De plus, un ami vétérinaire de ma mère y avait fait ses études et a dit beaucoup de bonnes choses sur la RUDN.

Depuis mon enfance j’adore les émissions de Nikolai Drozdov et de la chaîne Animal Planet sur le sauvetage des animaux domestiques et sauvages en Grande-Bretagne et en Amérique. Ce qui m’intéresse, c’est la partie clinique de la médecine vétérinaire et le fonctionnement de la loi sur la cruauté envers les animaux.

Quelles sont les qualités qu’un vétérinaire doit avoir?
 

La plus importante est la capacité à communiquer avec les gens d’une manière douce et compréhensive et à transmettre son message clairement. La capacité d’expliquer ce qui est important pour l’animal. Par exemple, tous les propriétaires ne savent pas qu’il existe des filets «anti-chat», en quoi elles diffèrent des moustiquaires ou pourquoi ces dernières ne sauvent pas les animaux des chutes par la fenêtre.

Bien entendu, il faut avoir une soif de connaissances et un intérêt pour le développement de sa profession. Il est également important de connaître l’anglais pour pouvoir lire les articles.

Comment te détends-tu?

Pendant 3 ans j’ai fait de l’escrime dans une école d’arts martiaux médiévaux. J’ai abandonné maintenant à cause de la charge de travail, mais je veux y retourner.

J’aime bien peindre des modèles de jeux de société, donner de la couleur de vie aux personnages gris. J’étudie également Data Science, je regarde des séries télévisées et je joue à des jeux de société avec des amis. Je lis des articles académiques, regarde des conférences — c’est déjà la déformation professionnelle, on dirait...

Et je dors. Pour bien travailler, il faut bien dormir, bien manger et boire de l’eau. L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée et la gestion du temps semblent des choses compliquées pour les «adultes» jusqu’à ce que vous commenciez à les appliquer.

Votre travail vous donne également beaucoup d’énergie — c’est énergisant de parler à vos collègues et aux propriétaires des patients. Et, bien sûr, c’est énergisant d’améliorer l’état des animaux de compagnie.

Ta devise?

J’ai peur de le faire.
Aie peur, mais fais-le.
J’ai vu cette devise dans une bande dessinée. Oui, tout est difficile et il semble préférable de ne pas commencer du tout ou de ne pas continuer. Mais si vous faites chaque jour un petit pas vers votre objectif, il ne vous semblera plus si lointain dans un mois!

Vie à l’URAP
08 May
Joyeux jour de la Grande Victoire: nous le gardons dans la mémoire et nous en sommes reconnaissants!

Vie à l’URAP
20 Apr
«Le succès est un beau code»: Alexey Maksimov, étudiant en génie logiciel à la RUDN

Qu’est-ce que le succès dans le langage de l’informatique et pourquoi un programmeur doit être créatif, explique Alexey Maksimov («Informatique appliqué» , 3e année), représentant de l’équipe de la RUDN qui figure parmi les 100 premiers participants au Championnat internationale des étudiants sur la programmation (ACM International Collegiate Programming Contest) en 2022.

Vie à l’URAP
20 Apr
«J'ai été choqué de voir que les gens se précipitaient quelque part à Moscou»: Anas Ahmed Ismail Mohammed, doctorant en sciences politiques de la RUDN

Anas Ahmed Ismail Mohammed (Soudan), doctorant à la Faculté des sciences humaines et sociales explique dans son interview comment les langues vous aident dans votre carrière et pourquoi les œuvres de Dostoïevski décrivent le mieux la langue russe.