«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Je suis profondément convaincu que si l’objectif est de changer le monde, le journalisme est l’arme la plus efficace et la plus rapide pour cela», — une étudiante du cours des masters de l’URAP aurait facilement partagé ces mots du scénariste britannique oscarisé, convaincue que la profession de journaliste est le meilleur moyen pour une personne avec de l’ambition et une langue acérée.

Depuis son enfance, Bulgamaa Dorjgotov de Mongolie ne doutait pas qu’elle deviendrait journaliste. Après avoir obtenu un baccalauréat de l’Université des sciences humaines de Mongolie, elle a travaillé pendant cinq ans à la télévision nationale mongole. Au début, c’était dur: le jeune journaliste devait couvrir des sujets «adultes» sérieux, et il était techniquement difficile de trouver un emploi au plus fort de la crise mondiale. Bulgamaa a fait un stage pendant un an, mais elle a accompli ses fonctions avec un tel enthousiasme authentique, que finalement ses collègues se sont unis et ont demandé à la direction de prendre la fille travailler dans une société de télévision. Bulgamaa était au septième ciel du bonheur, car en plus des opportunités professionnelles, l’entreprise lui a offert une possibilité de venir étudier en Russie. Elle a reçu une bourse, a suivi une formation à Petrozavodsk et à Saint-Pétersbourg, puis est venue à Moscou et a choisi un programme de maîtrise à l’URAP.

Elle ne savait pas qu’à l’URAP, il était possible d’étudier en anglais. Donc, lorsqu’elle est venue voir le tuteur et qu’il lui a demandé: «Choisissez-vous le russe ou l’anglais?», elle était heureuse de choisir l’anglais. Bulgamaa a réussi à faire d’une pierre deux coups: premièrement, avoir l’opportunité de se familiariser avec la culture russe et de profiter de la vie à Moscou, et, deuxièmement, d’étudier dans un programme international en anglais.

Le programme n’a commencé pour une étudiante que cette année scolaire; elle attendait avec impatience un stage intéressant, pour lequel le cours des masters en journalisme de l’URAP est célèbre. «Après des études de premier cycle, les étudiants connaissent déjà suffisamment la théorie pour commencer à travailler. Et dans la vie réelle, la pratique sera toujours différente du manuel. Vous pouvez apprendre à interviewer selon le manuel, mais sans pratique, vous ne deviendrez jamais un vrai spécialiste», explique Bulgamaa. Elle admire également l’efficacité de ses camarades de classe: «Ils ne travaillent pas à 50 ou 100, mais à 200 pour cent! Cela incite à ne pas se détendre dans les études et à quitter constamment la zone de confort».

Bulgamaa, pendant son temps libre d’études, continue de travailler sur la chaîne de télévision mongole en tant que correspondant à Moscou. Elle a réussi à envoyer en Mongolie plusieurs rapports sur la vie en Russie. Après avoir terminé le programme de maîtrise, Bulgamaa prévoit de rentrer chez elle pour partager les connaissances, les compétences et le professionnalisme acquis.

La jeune fille envisage de promouvoir la culture de son pays, car elle a déjà une expérience de reportage sur la vie dans les villages mongols. Une fois, elle a montré aux téléspectateurs internationaux de la télévision mongole comment vivent les familles rurales: comment les gens ont appris à domestiquer les buffles, les chameaux, les yaks, les vaches et comment manipuler le symbole national du pays — les célèbres chevaux mongols.

Bulgamaa a toujours essayé de faire des reportages qui profiteraient aux gens. Par conséquent, elle a organisé une campagne pour collecter des jouets de chanteurs, écrivains et acteurs célèbres de Mongolie afin de faire don d’animaux en peluche à des fins caritatives pour les enfants de familles pauvres lors de la Journée mondiale de l’enfance — et, bien sûr, toute cette action a été diffusée à la chaîne de télévision principale.

Vie à l’URAP
23 May
«J’aime créer quelque chose de nouveau — j’ai trouvé ma place dans les sciences» — Ngbala-Okpabi Obarijima Godwin Samuel, étudiant à l’Académie d’ingénierie de RUDN

Obarijima est venu du Nigéria et est entré à la RUDN en 2016. Il est actuellement en première année de master à l’Académie d’ingénieurs et a déjà réussi à déposer un brevet. L’entretien porte sur les raisons pour lesquelles il a décidé d’étudier en Russie, sur l’enregistrement des brevets et sur les moteurs VR5.

Vie à l’URAP
17 May
Victoria Orlova, étudiante à l'Institut de médecine de RUDN: Pendant mes quatre années d'études, une seule pensée me vient à l'esprit: «Pourquoi la profession d'infirmière est-elle si peu valorisée?»

Il existe une perception commune selon laquelle le rôle d'une infirmière est de servir et d'apporter. Mais ce n'est absolument pas le cas. Je m'appelle Victoria Orlova, je suis étudiante en quatrième année à l'Institut de médecine de RUDN, avec une spécialisation en soins infirmiers.

Vie à l’URAP
25 Apr
Résultats de la hotline du recteur de la RUDN avec les étudiants étrangers — le 15 avril

Le 15 avril, le recteur de RUDN, Oleg Yastrebov, a organisé la troisième réunion avec les étudiants étrangers de l’université. 213 utilisateurs ont rejoint la réunion en ligne. 32 présidents des communautés des étudiants étrangers étaient présents en personne dans la salle. Les élèves ont envoyé 23 questions au recteur à l’avance et ont posé 40 questions pendant la session de chat.