Connaissance de trois langues et des jeux de la Ligue des Champions: comment devenir journaliste sportif, life-hacking de l'étudiante de l’URAP Marieli Mendoza

Connaissance de trois langues et des jeux de la Ligue des Champions: comment devenir journaliste sportif, life-hacking de l'étudiante de l’URAP Marieli Mendoza

Le poste de chroniqueur sportif est généralement une prérogative purement masculine. Mais l’étudiante de l’URAP, Marieli Mendoza, originaire du Venezuela, a réussi à démystifier ce mythe. Pour ce faire, elle a dû apprendre le russe à partir de zéro, étudier en profondeur l’analyse du sport et comprendre les lois du genre dans la rédaction de reportages et d’informations. Dans une interview, Marieli a parlé de ses records personnels.

Le journalisme fait partie des professions les plus répandues. En règle générale, les jeunes sont attirés par l’opportunité de devenir célèbre, d’agir comme porte-parole pour un grand public. Mais tu as choisi une activité plutôt inhabituelle pour une jeune fille: le journalisme sportif. Qu’est-ce qui a déterminé ce choix?

Deux facteurs ont joué un rôle important: premièrement, la connaissance de l’industrie du sport elle-même. Enfant, j’ai chassé le ballon dans la cour, puis mes parents m’ont donné à la section. Bien sûr, jouer au football a toujours été perçu comme un passe-temps et non comme un début de carrière sportive. Mais même alors, j’ai commencé à me plonger dans le monde du sport. Aujourd’hui, je comprends déjà parfaitement les spécificités des tendances sportives, je parle couramment le vocabulaire professionnel, j’utilise des termes sportifs dans mes reportages: penalty, pression, hat-trick. Et crois-moi, tous les correspondants sportifs novices n’ont pas une telle expérience.

Et quel est le deuxième facteur ?

Le désir de devenir une star de la télévision. C’est un rêve d’enfance. Je me souviens qu’en tant que fille, je regardais les reportages sportifs de jeunes présentateurs du lieu d’événements : matchs, compétitions, et cela a provoqué une tempête d’émotions. C’est en partie l’admiration des enfants qui est devenue une incitation à ne pas avoir peur de prendre une décision aventureuse dans un certain sens — apprendre à travailler sur les ondes.

As-tu réussi à garder ces sentiments maintenant?

Bien sûr! Et avec eux est venu la compréhension que la star de «l’écran bleu» devrait garder à l’esprit non seulement les dernières nouvelles et faits. Je peux analyser les matchs de la Ligue des Champions, je connais les records personnels de nombreux joueurs dans les meilleurs clubs de football, je sais construire un reportage de manière à retenir l’attention du spectateur le plus longtemps possible, à garder l’intrigue du jeu jusqu’au dernier moment. Et ces compétences sont nécessaires non seulement pour le journalisme sportif.

T’es-tu déjà vérifiée en action?

Oui, lors d’un stage à Moscou sur la chaîne Hispantv TV.

Chaîne d’information irano-espagnole, si je ne me trompe pas.

C’est juste. Le stage sur cette chaîne est devenu un véritable défi professionnel. Bien sûr, il y avait des curateurs qui ont toujours aidée à rédiger des notes de presse et des articles, à créer des reportages. Je suis particulièrement reconnaissante à mon collègue plus âgé de l’Équateur. Le stage m’a permis de peaufiner les connaissances acquises précédemment. Et à la sortie, j’ai pu compléter mon CV avec des articles rédigés en espagnol, anglais et russe.

Tu parles vraiment le russe très couramment. Combien de temps a-t-il fallu pour atteindre ce niveau?

C’est le résultat de trois années de travail acharné. Au début, je n’ai pas dormi pendant des jours et des nuits. J’ai paniqué parce que j’ai commencé à apprendre la langue quelques mois plus tard que mes camarades de groupe, parce que j’étais restée au Venezuela. Il a fallu rattraper le groupe, et je n’ai vu que des bâtons au lieu de lettres. Un autre alphabet, une prononciation inhabituelle, encore moins la lecture et l’écriture. Mais j’ai rassemblé mes forces et je me suis rapidement impliquée, bien sûr, les professeurs de l’URAP m’ont aidée. La mission a été donc faisable!

Et pourtant la vie étudiante ne se résume pas à des sessions, des examens et des stages?

Bien sûr que non! Les étudiants constituent un environnement créatif particulier. Surtout à l’URAP, où les gars viennent du monde entier, avec leur propre culture et leur propre vision du monde. Récemment, avec des étudiants de Bolivie et de Palestine, nous avons inventé une danse et l’avons montrée lors d’un grand concert. Et je pense que ça a été un succès.

Et tu as dû quitter ton passe-temps principal d’enfant — le football — au Venezuela?

Le football est avec moi pour toujours, même à Moscou. Bien sûr, quand il fait chaud, je sors sur le terrain universitaire avec le ballon.

Vie à l’URAP
25 May
Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Qais Abdulkader du Yémen a choisi sa future profession consciemment. Il était un étudiant assidu et déjà dans sa troisième année a gagné la première place à un forum international des sociétés pétrolières. L’étudiant a révélé le secret: comment tirer le meilleur parti de ses études à l’URAP et ne pas être déçu par sa profession.

Vie à l’URAP
20 May
«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Je suis profondément convaincu que si l’objectif est de changer le monde, le journalisme est l’arme la plus efficace et la plus rapide pour cela», — une étudiante du cours des masters de l’URAP aurait facilement partagé ces mots du scénariste britannique oscarisé, convaincue que la profession de journaliste est le meilleur moyen pour une personne avec de l’ambition et une langue acérée.

Vie à l’URAP
11 May
«Nous pouvons être des peuples différents, vivre sur des terres aux climats différents, mais l’amour des plantes reste commun», — Emmanuel Nkweto, étudiant de l’URAP

Emmanuel Nkweto, 32 ans, originaire de Zambie, fais ses études en Russie dans une spécialité qu’il aime de tout son cœur. Un étudiant en master d’agronomie à l’URAP a trouvé beaucoup de points communs entre nos pays dans l’approche du travail. Il a parlé avec plaisir de sa formation, de sa famille et de son stage à l’URAP.