Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Qais Abdulkader du Yémen a choisi sa future profession consciemment. Il était un étudiant assidu et déjà dans sa troisième année a gagné la première place à un forum international des sociétés pétrolières. L’étudiant a révélé le secret: comment tirer le meilleur parti de ses études à l’URAP et ne pas être déçu par sa profession.

Enfant, Qais a décidé de suivre son oncle, un célèbre entrepreneur yéménite. Bien que de nombreuses sociétés pétrolières et gazières aient été fermées au Yémen en raison de la situation difficile dans le pays, Qais a décidé de ne pas abandonner son rêve et est allé étudier en Russie.

Au cours de ses études de premier cycle, il a appris les processus qui sont à la base de l’exploitation réussie de «l’or noir». Il s’est familiarisé avec le principe du forage, les règles de transport du pétrole, les particularités de la construction d’ouvrages d’art, et il a également participé aux travaux pratiques, où il a mené des recherches avec un microscope et un analyseur de fluorescence X.

Après avoir terminé sa troisième année, Qais est allé au Tatarstan, où il a passé un mois de stage à Tatneft et a participé au forum international des jeunes sur le pétrole et le gaz. Dans le cadre de la conférence, un hackathon a été organisé — un forum auquel les futurs spécialistes résolvent des cas de production en fonction des défis technologiques dans le sens du «traitement du pétrole et du gaz». Qais a gagné la première place avec son équipe Fresh Oil avec l’évaluation spectroscopique de l’activité des catalyseurs. Quant aux résultats obtenus lors des travaux au hackathon, il les a utilisés pour rédiger sa thèse de fin d’études.

Les connaissances de base du baccalauréat et la victoire au hackathon ont suscité son intérêt pour ce domaine, l’étudiant a donc décidé de poursuivre ses études en master. Il a choisi le programme de géologie de l’Académie d’ingénierie et a pris une bonne décision : «Je me suis retrouvé à l’URAP — il y a tout ici pour réussir sur le plan professionnel. Maintenant, je ne peux pas dire avec certitude ce qui se passera dans cinq ans, mais pour le moment, je prévois bien de rester en Russie. »

Qais reconnait que c’est au cours de ses années d’études qu’il a pu développer ses compétences en communication et en leadership. Il dirige le groupe et est vice-président de l’Association des étudiants yéménites depuis trois ans. Il a organisé une vingtaine d’événements par an, des tables rondes aux événements sportifs, des réunions aux grands festivals, et a également accueilli de nouveaux étudiants du Yémen et les a aidés à s’installer à Moscou.

Qais est fier de son travail et assure: "Les étrangers se sentent en Russie comme chez eux, et les groupes communautaires aident à unir les gens et à établir des liens entre différentes cultures."

Vie à l’URAP
23 May
«J’aime créer quelque chose de nouveau — j’ai trouvé ma place dans les sciences» — Ngbala-Okpabi Obarijima Godwin Samuel, étudiant à l’Académie d’ingénierie de RUDN

Obarijima est venu du Nigéria et est entré à la RUDN en 2016. Il est actuellement en première année de master à l’Académie d’ingénieurs et a déjà réussi à déposer un brevet. L’entretien porte sur les raisons pour lesquelles il a décidé d’étudier en Russie, sur l’enregistrement des brevets et sur les moteurs VR5.

Vie à l’URAP
17 May
Victoria Orlova, étudiante à l'Institut de médecine de RUDN: Pendant mes quatre années d'études, une seule pensée me vient à l'esprit: «Pourquoi la profession d'infirmière est-elle si peu valorisée?»

Il existe une perception commune selon laquelle le rôle d'une infirmière est de servir et d'apporter. Mais ce n'est absolument pas le cas. Je m'appelle Victoria Orlova, je suis étudiante en quatrième année à l'Institut de médecine de RUDN, avec une spécialisation en soins infirmiers.

Vie à l’URAP
25 Apr
Résultats de la hotline du recteur de la RUDN avec les étudiants étrangers — le 15 avril

Le 15 avril, le recteur de RUDN, Oleg Yastrebov, a organisé la troisième réunion avec les étudiants étrangers de l’université. 213 utilisateurs ont rejoint la réunion en ligne. 32 présidents des communautés des étudiants étrangers étaient présents en personne dans la salle. Les élèves ont envoyé 23 questions au recteur à l’avance et ont posé 40 questions pendant la session de chat.