Une histoire d’un stagiaire de 23 ans qui a su faire des masques médicaux à partir des masques de plongée en 24 heures

Une histoire d’un stagiaire de 23 ans qui a su faire des masques médicaux à partir des masques de plongée en 24 heures

Ca fait un mois depuis que l’Université russe de l’amitié des peuples a rejoint le mouvement #makersagainstcovid et aide les médecins et les patients à imprimer en 3D. Marc Dyatchenko, étudiants en ingénierie a imprimé 1149 adaptateurs filtre pour les masques qu’on utilise maintenant dans plus de 15 hôpitaux de Moscou.

Au début de la crise pandémique il y avait un grand manque de moyens de protection personnelle dans les hôpitaux de la « zone rouge ». L’Italie a su trouver la solution : les masques de plongée sont devenus masques pour le personnel soignant. « Décathlon » était prêt à donner les masques de plongée aux hôpitaux. Pourtant pour que cela puisse servir il fallait ajouter un filtre qui devait être relié par un adaptateur. Surtout que les masques n’étaient pas tous pareils, il fallait des détails différents. On aurait pu les fabriquer à la chaîne mais cela aurait pris trop de temps et trop de moyens financiers. Et c’est là que l’Institut  des technologies d’innovation en ingénierie de la RUDN (IIIT RUDN) a proposé de recourir à la fabrication additive à l’impression 3D, SLS (selective laser sintering; Farsoon SS403P (Prodways x 4500).

 Le centre pour les technologies de fabrication additive a su lancer la production des adaptateurs de la bonne taille à partir du plastique médical certifié. Il fallait donc formuler la tâche pour l’imprimante 3D, imprimer, refroidir les pièces, les sortir et les nettoyer. En une journée  400 adaptateurs ont été prêts. Le centre oncologique Blokhin et l’hôpital GKB Moukhin ont été les premiers à utiliser les masques qui se sont avérés bien efficaces et confortables. Vu que les spécialistes se trouvaient en confinement, la technologie était mise à l’épreuve par un jeune Marc Dyatchenko, 23 ans, étudiant du Centre IIT RUDN qui a lancé la fabrication à lui tout seul.

Nous avons lancé l’impression ayant compris qu’il y avait un manque fort de moyens de protection chez le personnel soignant. L’adaptateur se rajuste au masque là où il faut ajouter les filtres. On peut imprimer 400 adaptateurs à la fois. Dès que la première impression passait j’en préparais une autre. Pendant que cette partie- là était en cours d’impression, je nettoyais les pièces et les distribuais aux clients. Nous avons utilisé le plastique médical qui est absolument inoffensif.  Ce n’était pas facile de communiquer avec les collègues, car ils restaient tous confinés, mais on échangeait des messages tout le temps et cela aidait. Je sais que les médecins ont apprécié notre travail et il y a des photos de notre invention sur le site d’une organisation de bienfaisance, et mon nom y apparaît aussi. 

Marc Dyatchenko
étudiant en ingénierie au Centre des  technologies d’innovation en ingénierie technologies de la RUDN

1149 adaptateurs pour 3 modèles de masques à filtre ont été fabriqué à RUDN. Tous le 7emasque de plongée en Russie  devient masque médical grâce à la technologie d’impression élaborée à l’Université RUDN. Ces masques sont utilisés dans 15 hôpitaux de Moscou et de la région de Moscou.  

Les ingénieurs de l’IIT RUDN ont lancé la fabrication des fixateurs pour les écrans de protection et des fixateurs tuyaux qui permettent la ventillation mécanique des poumons- 290 fixateurs sont déjà là. Les experts de l’université travaillent pour améliorer de plus les modèles des masques de protection. 

Renseignement :

Dans 15 hôpitaux de Moscou et de la région de Moscou on utilise les masques avec adaptateurs pour filtres conçus à l’Université RUDN.  :

  • 3 TsVKG Bichnevski
  • SA "Méditsina" (Clinique académicien Roytberg)
  • GBUZ «Hôpital GKB Moukhin E.O. DZM»
  • GBUZ MO MONIKI Vladimirskiy M.F.
  • GK № Davidovskiy I.V.
  • GKB № 52
  • GKB №29 Baoumann N.E.
  • GKB №81 Vérésaev V.V.
  • Hôpital pour les vétérans des guerres № 2 DZM
  • Hôpital pour les vétérans des guerres № 3
  • GBUZ МО «TsRB Mojayskiy»
  • FGB «NMITs hôpital oncologique Blokhin N.N.», près Ministère de la santé de Russie
  • NMtsKh  centre de chirurgie Vichnevski A.V.» près Ministère de la santé de Russie
  • Centre de famille et reproduction
  • TchUZ «Hôpital clinique central «RJD Méditsina»
Recherche
27 Jun
Mathématiciens RUDN: 5G fera face au trafic lors de l’utilisation de WiGig

Les mathématiciens de RUDN ont étudié la possibilité de combiner la technologie 5 GNR  et WiGig - une gamme de hautes fréquences qui vous permet de transférer des données à des vitesses allant jusqu’à 10 Gbps. Cela permettra de lisser les fluctuations du trafic dansles réseaux 5Get de faire face aux demandes des utilisateurs.

Recherche
23 Jun
Les scientifiques ont découvert que la colonne d'eau des lacs Yamal peut servir de «filtre microbien»

Les scientifiques de l'Institut de Microbiologie de l'Académie des sciences de Russie, RUDN, Saint-Pétersbourg et le centre scientifique de Tioumen de l'Académie des sciences de Russie ONT étudié les communautés bactériennes de plusieurs lacs de la péninsule de Yamal. Il s'est avéré que dans les lacs profonds «matures» de la péninsule, les méthanotrophes (bactéries qui utilisent le méthane comme source de vie) sont plus actifs dans la consommation de méthane que dans les petits lacs thermokarstiques. À cet égard, les émissions de méthane dans l'atmosphère à partir de la surface des lacs profonds sont faibles et seuls les petits lacs (relativement jeunes thermokarstovye par la formation de la texture de la glace souterraine) peuvent contribuer de manière significative aux émissions de méthane dans le Nord de la Sibérie occidentale. Ainsi, les bactéries remplissent une fonction importante pour l'équilibre climatique — réduire les émissions de méthane dans l'atmosphère.

Recherche
20 Jun
Les physiciens de RUDN ont déterminé les conditions optimales de rétention des caillots de plasma à haute énergie dans un piège magnétique de type liège

Les physiciens de RUDN ont décrit les conditions du fonctionnement le plus efficace d’un piège magnétique de type liège en mode de résonance automatique. Ces données aideront à mieux comprendre les processus plasmatiques dans les pièges magnétiques.