90 donneurs de sang ont pu participer à la journée «Fais comme moi» organisée à RUDN

90 donneurs de sang ont pu participer à la journée «Fais comme moi» organisée à RUDN

Le 10 juin RUDN a organisé un événement «Fais comme moi #ЯОтветственныйДонор» ( #moidonneurresponsable) pour marQUER LA Journée mondiale du donneur. 90 personnes ont fait le don de sang sur la plateforme universitaire. Oleg Yastrébov, recteur de l’Université RUDN fut parmi les donneurs.

Le 10 juin le bâtiment principal de la RUDN a accueilli l’événement «Fais comme moi  #ЯОтветственныйДонор» ( #moidonneurresponsable). 90 personnes ont fait le don de sang sur la plateforme universitaire. Oleg Yastrébov, recteur de l’Université RUDN, ainsi que M. Bazavlouk, vice-recteur de la RUDN et Victor Barabach, doyen de la RUDN furent  parmi les donneurs. 

"C’est la deuxième fois dans ma vie que je donne mon sang, je n’ai rien ressenti de mauvais. Cela a pris 15 minutes, y compris les papiers et l’examen médical. Cette initiative de la RUDN c’est une occasion de devenir donneur à titre régulier", - Oleg Yastrébov, recteur de la RUDN.

L’initiative «Fais comme moi  #ЯОтветственныйДонор» ( #moidonneurresponsable) est là pour marquer la Journée du donneur qui se fête le 14 juin. L’événement dure jusqu’au 20 juin. Les postes mobiles de don de sang seront organisés sur la base des centres de bénévoles et des espaces de travail en commun.

«La pandémie est là et il y a toujours le besoin fort de sang, pourtant le nombre de donneurs baisse. Les médecins bénévoles agissent pour rendre cette procédure plus facile et accessible. C’est sécurisé et rapide. Et cela sauve vraiment des vies», - Daria Bélimova, diplômée de l’Institut de médecine de la RUDN, coordinatrice régionale de l’Association publique russe «Médecins-bénévoles » à Moscou. 

Les rencontres en ligne seront organisée avec la participation des donneurs émérites et experts russes, avec les bénévoles. Les organisateurs remarquent que la plupart des événements se dérouleront en ligne, et les événements sur place seront tenus en toute sécurité.

Pour effectuer le don du sang il vous faudra:

  • être citoyen de Russie (ou bien en cas de séjour en Russie pendant plus d’un an ).
  • être agé.e 18+
  • peser  50+ 
  • avoir la permission  du médecin

L’initiative de «Fais comme moi»  #ЯОтветственныйДонор» ( #moidonneurresponsable) appartient à l’Institut de médecine de la RUDN, au Département de la santé publique de la ville de Moscou, l’association « Médecins bénévoles » ( sa filiale à Moscou) Comité des relations sociales et de la politique des jeunes de la ville de Moscou, le chef-lieu de l’initiative locale  #МыВместе (nous ensemble), Département du travail et de l’aide sociale. 

Vie à l’URAP
25 May
Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Qais Abdulkader du Yémen a choisi sa future profession consciemment. Il était un étudiant assidu et déjà dans sa troisième année a gagné la première place à un forum international des sociétés pétrolières. L’étudiant a révélé le secret: comment tirer le meilleur parti de ses études à l’URAP et ne pas être déçu par sa profession.

Vie à l’URAP
20 May
«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Je suis profondément convaincu que si l’objectif est de changer le monde, le journalisme est l’arme la plus efficace et la plus rapide pour cela», — une étudiante du cours des masters de l’URAP aurait facilement partagé ces mots du scénariste britannique oscarisé, convaincue que la profession de journaliste est le meilleur moyen pour une personne avec de l’ambition et une langue acérée.

Vie à l’URAP
19 May
Connaissance de trois langues et des jeux de la Ligue des Champions: comment devenir journaliste sportif, life-hacking de l'étudiante de l’URAP Marieli Mendoza

Le poste de chroniqueur sportif est généralement une prérogative purement masculine. Mais l’étudiante de l’URAP, Marieli Mendoza, originaire du Venezuela, a réussi à démystifier ce mythe. Pour ce faire, elle a dû apprendre le russe à partir de zéro, étudier en profondeur l’analyse du sport et comprendre les lois du genre dans la rédaction de reportages et d’informations. Dans une interview, Marieli a parlé de ses records personnels.