Comment les rêves d'enfance cèdent la place aux principes de la vie: «Quand j'ai mis une blouse blanche pour la première fois, quelque chose a cliqué à l'intérieur»

Comment les rêves d'enfance cèdent la place aux principes de la vie: «Quand j'ai mis une blouse blanche pour la première fois, quelque chose a cliqué à l'intérieur»

Aman Mohammad Suleiman est étudiant à la Faculté de médecine à l’URAP. Il y a six ans, il est venu d’Afghanistan rêvant d’un métier d’ingénieur. Mais, comme on sait, un homme joue de la trompette et le destin joue avec un homme. Aman s’est inscrit à la faculté de médecine, il envisage aujourd’hui de devenir réanimateur et est fier de ce choix.

Pourquoi as-tu décidé de lier ta vie à la médecine?

Mes parents proches — tantes et oncles — sont médecins, en plus, dans n’importe quel pays, c’est un métier très répandu et prestigieux. Pourtant, alors que j’étais encore écolier, je rêvais de devenir ingénieur et de construire des maisons. A l’étape des examens de fin d’études scolaires, il est devenu possible de faire une demande d’admission dans des universités étrangères, et j’ai choisi l’URAP. Alors, il y a six ans, nous étions des enfants, peu sûrs de nous-mêmes et sans expérience. Devenir étudiant universitaire, c’est déjà le bonheur. Quelle activité choisir — nous avons essayé de comprendre le processus. Un ami proche, lorsqu’il remplissait les documents, en a indiqué une faculté de médecine, et j’ai exactement répété sa demande. De plus, en biologie, j’avais un score assez élevé.

N’as-tu pas regretté de ne pas avoir réalisé ton rêve d’enfance?

Aujourd’hui je peux dire avec confiance que je ne me suis pas trompé dans mon choix. Quand j’ai mis une blouse blanche pour la première fois et que je suis entré dans une salle d’anatomie, quelque chose a cliqué à l’intérieur. La médecine change généralement la perception du monde environnant et nécessite une immersion totale dans la profession. A certains moments, ce n’était pas facile, car je devais lire et apprendre beaucoup par cœur. Maintenant je comprends déjà que je devrai étudier toute ma vie. Après avoir terminé le cours général, il faut décider de la spécialisation, j’envisage une réanimation ou une chirurgie vasculaire.

Ce sont des spécialisations très complexes.

En médecine, il n’y a pas du tout de spécialisations simples!

A ton avis, quels spécialistes font défaut en Afghanistan aujourd’hui?

Nos professions les plus répandues sont les médecins et les ingénieurs. Mais, à mon avis, il y a une très grande pénurie de professionnels en sciences humaines, en particulier d’enseignants. Une autre activité sous-estimée jusqu’à présent est l’écologie. J’espère qu’avec le temps, elle deviendra de plus en plus demandée.

Les études prennent tout ton temps ou y a-t-il une sorte de passe-temps?

Je pense que les jeunes doivent faire du sport, au moins aller au gymnase. Avant la pandémie, je jouais régulièrement au football. Mais la quarantaine a beaucoup changé nos habitudes. Et ce n’est pas seulement que de nombreux établissements sont fermés. C’est le moment où il est important de prendre soin les uns des autres. J’ai réussi à travailler dans la zone «rouge» avec des patients COVID. Et si le recrutement de jeunes spécialistes reprend, j’y retournerai certainement. En général, le principe de bienveillance et le désir d’aider son prochain n’est pas seulement une ligne du serment d’Hippocrate, mais aussi une position de vie. Les communautés dites nationales ont été créées à l’URAP. Ce sont des associations d’étudiants venus de différents pays. La tâche d’un tel groupe est d’aider les jeunes à s’installer. Je suis le chef de la communauté afghane.

Quelles sont tes responsabilités?

Superviser les jeunes étudiants, en particulier les étudiants de première année, les aider à résoudre les problèmes de logement, les accompagner dans le processus éducatif Aujourd’hui, la communauté afghane compte 300 étudiants, dont beaucoup ne connaissent ni le russe ni l’anglais à leur arrivée. Après tout, j’ai moi-même suivi cette voie et je comprends à quel point les premières années ont été difficiles.

Comment vois-tu ton avenir?

Je veux être un spécialiste de haut niveau, et pour cela je devrai étudier encore plusieurs années. Il est encore difficile de dire dans quel pays je pourrai travailler. Mais la profession jouera toujours un rôle décisif dans mon avenir.

Vie à l’URAP
23 May
«J’aime créer quelque chose de nouveau — j’ai trouvé ma place dans les sciences» — Ngbala-Okpabi Obarijima Godwin Samuel, étudiant à l’Académie d’ingénierie de RUDN

Obarijima est venu du Nigéria et est entré à la RUDN en 2016. Il est actuellement en première année de master à l’Académie d’ingénieurs et a déjà réussi à déposer un brevet. L’entretien porte sur les raisons pour lesquelles il a décidé d’étudier en Russie, sur l’enregistrement des brevets et sur les moteurs VR5.

Vie à l’URAP
17 May
Victoria Orlova, étudiante à l'Institut de médecine de RUDN: Pendant mes quatre années d'études, une seule pensée me vient à l'esprit: «Pourquoi la profession d'infirmière est-elle si peu valorisée?»

Il existe une perception commune selon laquelle le rôle d'une infirmière est de servir et d'apporter. Mais ce n'est absolument pas le cas. Je m'appelle Victoria Orlova, je suis étudiante en quatrième année à l'Institut de médecine de RUDN, avec une spécialisation en soins infirmiers.

Vie à l’URAP
25 Apr
Résultats de la hotline du recteur de la RUDN avec les étudiants étrangers — le 15 avril

Le 15 avril, le recteur de RUDN, Oleg Yastrebov, a organisé la troisième réunion avec les étudiants étrangers de l’université. 213 utilisateurs ont rejoint la réunion en ligne. 32 présidents des communautés des étudiants étrangers étaient présents en personne dans la salle. Les élèves ont envoyé 23 questions au recteur à l’avance et ont posé 40 questions pendant la session de chat.