«J’ai strictement suivi la recommandation de nos professeurs d’être une source de connaissances pour les gens», — Ngan Tony Francois Pierre, diplômé de la RUDN du Cameroun

«J’ai strictement suivi la recommandation de nos professeurs d’être une source de connaissances pour les gens», — Ngan Tony Francois Pierre, diplômé de la RUDN du Cameroun

La RUDN a diplômé environ 200 000 étudiants, dont des professionnels du monde entier. L’un d’entre eux est François, diplômé de la faculté d’économie de la RUDN, grand entrepreneur camerounais et auteur de 9 livres sur l’économie et les affaires. François a terminé ses études de troisième cycle et a soutenu sa thèse de doctorat à la RUDN en 2010.

Il est allé mettre en pratique ses connaissances de la RUDN dans son village camerounais natal. Aujourd’hui, il possède 80 hectares de manioc, dirige l’Association des diplômés russes au Cameroun, écrit des livres et se souvient avec nostalgie de l’endroit qui lui a permis de démarrer dans la vie.

François, pourquoi vous avez choisi la Russie pour y étudier?

Lors des cours d’histoire au Cameroun, on nous a beaucoup parlé de la Seconde Guerre mondiale et des exploits des soldats soviétiques qui y ont participé. Ensuite, j’ai eu l’image d’une Russie forte et j’ai voulu visiter ce pays, où je pourrais rencontrer le peuple russe en personne. La table de Mendeleïev a également joué son rôle. Nous étions très intéressés par le système périodique inventé par le scientifique russe.

Et pourquoi la RUDN?

À l’époque elle portait le nom de Patrice Lumumba, qui était un homme très influent en Afrique. Et, bien sûr, j’étais intéressé de savoir quelle importance il avait pour l’université. De plus, je savais que des étudiants du monde entier faisaient leurs études à l’université RUDN et que l’on pouvait y découvrir des cultures et des personnes différentes.

De qui vous souvenez-vous le plus de vos années d’études?

Les professeures de russe dans le département préparatoire. Elles étaient comme nos mères — toujours inquiètes pour nous et nous aidant. Nos souvenirs les plus chaleureux sont liés avec elles, car elles nous ont ouvert la langue russe, nous ont appris à la parler et à l’écrire.

Avez-vous toujours voulu lier votre vie à l’économie et aux affaires, ou y avait-il d’autres options?

J’ai toujours rêvé d’être médecin et de maîtriser cette profession en Russie. Il y avait un médecin dans ma ville natale qui était diplômé de la RUDN. Ma mère m’a emmené le voir quand j’étais enfant, et je me souviens très bien qu’il m’a rédigé un certificat portant son sceau et sur lequel était inscrit: «Diplômé de l’Université de l’amitié des peuples de Russie». Cela s’est gravé dans ma mémoire. Aujourd’hui, ce médecin travaille au ministère de la santé au Cameroun.

Et comment, après tout, avez-vous choisi l’économie?

J’ai changé ma spécialisation sur place. J’aime aider les gens, et j’avais le désir de créer ma propre entreprise — pour créer des emplois et gagner de l’argent pour ma région.

Comment votre carrière a-t-elle évolué depuis que vous avez obtenu votre diplôme de la RUDN?

J’ai terminé mes études de troisième cycle à la RUDN. J’ai rédigé et soutenu ma thèse de doctorat sur «L’influence des facteurs externes sur le développement socio-économique du Cameroun». Pendant toute la durée de mes études, nos professeurs nous disaient que l’université se terminait par un master, que les études supérieures étaient déjà des activités scientifiques et qu’un étudiant de troisième cycle était un chercheur qui devait contribuer au développement économique et social du monde. C’est pourquoi, en Russie, j’ai écrit mes deux premiers livres et, lorsque je suis arrivé en Afrique, j’ai clairement compris que je ferais de la science et que, parallèlement, je développerais mes affaires. L’activité scientifique est difficile, elle ne rapportera pas d’argent immédiatement, mais ses résultats seront visibles dans 10-20-30 ans, lorsque la théorie scientifique sera mise en pratique.

Après avoir obtenu mon diplôme de la RUDN, à la surprise de beaucoup de mes connaissances, je suis retourné dans mon village natal. Mais j’ai clairement suivi les recommendations de nos professeurs d’être une source de connaissances pour les gens. J’ai expliqué les approches de l’activité économique, j’ai introduit la théorie de l’économie et je leur ai expliqué comment créer et gérer une entreprise. Cela m’a pris beaucoup de temps, mais l’essentiel est qu’après un certain temps, les gens du village ont créé des plantations et ont cru en eux-mêmes.

François, vous avez parlé des affaires. Quels sont les progrès que vous avez réalisés dans ce domaine ?

En économie, il existe la notion d’"avantage comparatif". Eh bien, l’avantage comparatif de l’Afrique est l’agriculture, qui nous aide à créer des ressources et à augmenter la productivité et le PIB. Lorsque je suis rentré chez moi, mes amis et moi avons commencé à cultiver du manioc sur 10 hectares de terrain. Chaque année, nous avons augmenté la surface plantée de 5 hectares. Maintenant, nous avons une entreprise commune et environ 80 hectares de terrain. J’ai aussi mon propre projet: je cultive des fruits et les envoie à l’exportation, notamment en Russie. En dehors de cela, je suis consultant international et je travaille avec des entrepreneurs et des universités russes: je représente leurs intérêts en Afrique dans des entreprises privées et publiques.

Pensez-vous que votre formation à la RUDN vous a aidé à réussir?

Absolument! La connaissance est la chose la plus importante aujourd’hui. De nombreuses personnes m’ont dit que je ne serais pas capable de le faire, mais j’étais sûr qu’avec les aptitudes et les compétences que la RUDN m’avait données, je pouvais tout faire. À l’université, nous ne formions pas seulement des spécialistes avec des diplômes, mais nous créions une main-d’œuvre — des personnes qui aideront la société et leur pays. C’est le capital humain. Et mon huitième livre parle de ça.

François, combien de livres avez-vous?

Neuf. Ils ont été traduits en six langues, dont le russe. C’est 8 ans de ma vie. Les deux premiers livres, par exemple, portent sur les moyennes et petites entreprises. Lorsque je serai à la RUDN, je veillerai à apporter des livres dans toutes les langues pour la prochaine génération d’étudiants.

Qu’aimez-vous faire pendant votre temps libre ?

Je suis un passionné de football. J’ai joué dans l’équipe de RUDN pendant 10 ans. Et nous sommes toujours en contact avec l’équipe de football de l’époque. J’aime voyager — apprendre à connaître les gens et les régions. J’aime écouter de la musique et parfois chanter.

Les livres sont aussi un hobby, ou plutôt une continuation de l’activité scientifique?

Il s’agit d’une activité scientifique et d’une profession. Oui, je consacre beaucoup de temps à l’écriture de livres, mais la science est mon activité principale. Le reste n’est qu’un supplément. Je prépare maintenant pour la première fois une présentation des livres, qui aura lieu dans ma ville natale du 1er au 10 octobre. Il y aura des invités, dont certains de Russie et de l’Université de l’amitié des peuples de Russie. Cet événement est très important pour moi. Et je suis reconnaissant à la RUDN que tout cela se produise grâce aux connaissances qu’elle m’a transmises.

Vous restez en contact avec la Russie et la RUDN maintenant?

La RUDN est ma deuxième maison. L’université ne m’a jamais laissé partir, pas même une minute, et je ne l’ai jamais laissée partir. À mon retour au pays, je suis devenu l’un des fondateurs de l’Association des anciens étudiants russes et soviétiques au Cameroun. Aujourd’hui, nous nous efforçons de promouvoir la langue et la culture russes en Afrique, de faciliter les échanges scientifiques d’étudiants entre la Russie et le continent africain et de participer à des conférences. Nous sommes plus de 200 à partager les mêmes idées.

Quels sont vos projets professionnels pour l’avenir?

Mon principal rêve est de relier la Russie et l’Afrique. J’ai déjà dit que je cultivais des fruits et, bien sûr, j’aimerais voir une augmentation des échanges avec la Russie. L’ambassade de Russie au Cameroun m’a donné la permission d’établir le premier centre culturel et éducatif russe au Cameroun. Bien sûr, je vais développer ce projet et nous avons déjà les premiers succès: depuis deux ans, la langue russe est enseignée dans les écoles camerounaises.

Qui vous soutient dans cette démarche?

Bien sûr, c’est ma famille. Je leur suis reconnaissant pour tout ce qu’ils ont fait pour moi. J’ai étudié en Russie avec frais de scolarité et ma famille a toujours été là pour m’aider. Quand je suis revenu à la maison, elle m’a rencontré et a accepté toutes mes décisions.

François, que souhaiteriez-vous aux étudiants qui débutent leur parcours professionnel?

En Afrique, je dis toujours aux étudiants qu’ils vont à l’université pour acquérir des connaissances, pas pour obtenir un diplôme. Par exemple, le chômage est élevé en Afrique, et lorsque vous revenez ici, vous ne pouvez pas toujours trouver un emploi. Mais si vous avez des connaissances, vous pouvez faire comme François — devenir consultant, faire de la science, créer des ressources. Et puis l’employeur, c’est déjà vous, et vous proposez des emplois aux gens.

Alumni
06 Feb
«On ne peut demander quoi que ce soit qu’après avoir fait ses preuves», — Nabih Khristin, diplômé en géologie de l’UDN et directeur général de la General Petroleum Corporation (Syrie)

Nabih Khristin est à la tête de la General Petroleum Corporation, la plus grande entreprise publique de Syrie. Il a commencé sa carrière comme étudiant en géologie à la faculté d’ingénierie de l’Université de l’amitié des peuples (UDN). En 1993 il est devenu docteur ès sciences et a commencé à mettre ses connaissances à profit. Son entreprise emploie aujourd’hui 16 000 personnes. M. Nabih parlera du pétrole, de son travail à temps partiel à l’époque où il était étudiant et de l’amitié dans son interview à l’occasion de l’anniversaire de la RUDN.

Alumni
27 Dec 2022
200 diplômés arabes des universités russes et soviétiques du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord se sont rencontrés au Liban

La XIe réunion de l’Union des associations arabes de diplômés des établissements d’enseignement supérieur russes et soviétiques s’est tenue du 1er au 5 décembre. Plus de 200 professionnels, qui ont fait leurs études supérieures en Russie et en URSS se sont réunis à Beyrouth. Larissa Efremova, vice-rectrice de la RUN pour les activités internationales, a participé aux travaux de la réunion.

Alumni
03 Mar 2022
«Au sommet de la pyramide juridique il n’y a que ceux qui vont au tribunal et gagnent» — Sergei Kovalev, diplômé de l’Institut de droit de RUDN

Sergey Kovalev est diplômé de l’Institut de droit, candidat en droit, professeur associé au département de droit civil et de procédure civile et de droit international privé de la RUDN, directeur associé du Collège d’avocats de la ville de Moscou «Kovalev, Tugushi & Partners». L’expérience professionnelle de Sergey comprend 28 ans de pratique active de l’arbitrage. Dans son interview, il parle de ses voisins brésiliens et cambodgiens, des sociétés par actions et des procédures de faillite, des camions de documents et de l’importance de la tradition. À la veille de l’anniversaire de la RUDN, le projet médiatique «Des milliers d’histoires — une seule université».