"Il y a peu de bons neurochirurgiens dans le monde. Il y en a cinq ou sept au Ghana. Je veux être l'un d'entre eux", Michel Mavunho Kpevou, diplômé d’excellence de l'école de médecine de la RUDN...

"Il y a peu de bons neurochirurgiens dans le monde. Il y en a cinq ou sept au Ghana. Je veux être l'un d'entre eux", Michel Mavunho Kpevou, diplômé d’excellence de l'école de médecine de la RUDN...

Michel Mavunho Kpevou du Ghana ne reçoit que de meilleures notes depuis 5 ans. Nous avons parlé à Michel de l’adaptation à Moscou, de la mission du médecin et de la force de l’esprit à la veille du Rassemblement de meilleurs élèves de la RUDN.

Comment avez-vous décidé d’aller étudier en Russie ?

Mon oncle Mavuli Ruben-Coffee Kpevou a étudié l’économie à la RUDN de 1989 à 1996 et a reçu un certificat de mérite pour le meilleur diplôme. Il est aujourd’hui consultant en développement économique au Centre du commerce international, une succursale des Nations unies. Son oncle a parlé de l’université : de la diversité des cultures et du niveau des enseignants, qui correspond aux normes mondiales. L’argument en faveur de la RUDN était le succès, l’honnêteté et la modestie de son oncle. Venir ici, c’était suivre ses traces. J’ai aimé la photo du territoire de la RUDN — c’est vraiment l’université russe la plus verte. J’ai également cherché des informations sur l’éducation en Russie et j’ai appris que de nombreux scientifiques et médecins sont d’ici, par exemple, Ilya Mechnikov et Nikolay Pirogov.

Vous avez débarqué pour la première fois en Russie — et quelles émotions avez-vous ressenties ?

J’étais inquiet, mais j’ai pensé aux bonnes choses. Quand je suis descendu de l’avion, il a fait très froid tout de suite, car je suis venu du Ghana en hiver. J’ai été submergé par la curiosité lorsque j’ai pris le métro pour la première fois. Je suis arrivé de nuit, donc je n’ai pas vu la beauté de la RUDN tout de suite. Mais le lendemain matin, je suis allé me promener, j’ai regardé autour de moi et j’ai été étonné par les bâtiments, les bijoux et l’environnement. Tout était incroyable. Jusqu’à présent, c’est le bâtiment de l’institut médical et le 9ème foyer qui me plaisent le plus, parce que j’y habite. C’est ma maison.

Dès que j’ai emménagé, j’ai appelé ma famille sur vidéo, et ils ont vu mon enthousiasme. Je savais qu’ils étaient tristes aussi, car ils ne me verraient pas de sitôt. Mais mes parents étaient heureux pour moi et très heureux que j’aie choisi la médecine.

Quels événements ou personnes vous ont aidé à vous adapter à Moscou ?

J’ai été surpris par le grand nombre d’étudiants du Ghana qui étaient déjà dans la RUDN. Avant mon arrivée à Moscou, je ne connaissais pas un mot de russe. Mes compatriotes m’ont montré les endroits où je pouvais me procurer les choses nécessaires, m’ont expliqué le système de métro, m’ont aidé à obtenir un carnet de bus et à m’habituer à d’autres devises, m’ont indiqué le chemin des bâtiments où les passeports et les certificats sont traduits. Ils ont expliqué que les étrangers doivent faire attention aux lois. Par exemple, au Ghana, les lois sont beaucoup plus simples qu’en Russie.

Je suis reconnaissant aux tuteurs Julia Shadrina et Lesya Rusakova pour leur aide inestimable. Ils ont maintenu un dialogue entre les étudiants et les enseignants. Quand j’avais des problèmes, Julia et Lesya étaient toujours là pour moi.

Nous avons également participé à la Planète Sud-Ouest, et cela a aussi aidé à s’y habituer, à comprendre que cet endroit est mon... C’est un événement intéressant qui vous permet de connaître différentes cultures, de partager les traditions de votre pays. Les étudiants de première année doivent être prêts à rencontrer de nouvelles personnes et à partager de nouvelles idées. C’est une bonne façon de s’adapter, parce que les gens ici sont géniaux.

Est-il facile d’être un excellent étudiant en médecine ?

C’est facile quand on est prêt à travailler dur. Vous devez avoir le désir d’acquérir des connaissances et de les appliquer dans la pratique. C’est facile pour moi, à cause de l’acharnement au travail et de l’amour de la médecine. Mais c’était difficile en première année. En physique, en élémentologie médicale et en anatomie pathologique, j’ai à peine eu des A. Mais le désir de m’améliorer et mes amis, qui m’ont expliqué ce que je n’ai pas compris immédiatement, m’ont aidé à surmonter. La cohérence et le fait d’avoir un objectif sont le secret d’un apprentissage réussi.

Il est conseillé aux futurs étudiants en médecine de rechercher des connaissances plutôt que des notes — les notes vous suivront alors automatiquement. Soyez prêt à travailler pour la connaissance.

Décrivez la situation dans laquelle vous avez voulu abandonner.

L’année dernière, j’ai perdu mon père Samuel Atsu Kpevou. C’était une période très difficile pour moi car il était mon principal soutien et mon inspiration. Le perdre a été très difficile. Mais je sais qu’il voulait que je poursuive le travail que j’avais commencé et le deuil a pris une forme active.

Vos ambitions enfantines correspondent-elles aux choix que vous avez faits ?

La médecine représente beaucoup pour moi. Cela me fait mal de voir des gens qui souffrent. Enfant, je me sentais impuissant lorsque d’autres étaient malades et blessés. Je voulais aider, mais je n’ai pas pu. Et maintenant, c’est en mon pouvoir. J’ai l’intention de faire mon internat en neurochirurgie. Il n’y a pas beaucoup de bons neurochirurgiens dans le monde. Il y en a cinq ou sept au Ghana. Je veux être l’un d’entre eux. Je veux voir des sourires sur le visage des gens et les aider à être en bonne santé.

Quels sont vos mots préférés en russe ?

La langue russe était très difficile pour moi au début, mais j’avais des professeurs compréhensifs. Ils m’ont corrigé, encouragé et motivé à parler, même si j’avais tort. Je suis particulièrement reconnaissant à mon professeur, Shamila Sokolova, qui m’a beaucoup appris.

J’ai trois mots médicaux préférés en russe : «maladie», «soigner», «santé». En tant que médecins, nous devons soigner les maladies et maintenir la santé des gens.

Vous êtes l’un des meilleurs membres de l’Association professionnelle d’étudiants (APE). Comment l’APE vous aide-t-il à vous immerger dans la future profession ?

L’Association professionnelle des étudiants offre une plate-forme permettant de participer à des conférences et des séminaires médicaux qui contribuent à l’échange d’idées et à la recherche. Depuis 2017, je suis membre de l’APE en physiologie. J’ai déjà rencontré des professeurs de la Russie et des États-Unis en physiologie normale et pathologique. Un sujet mémorable était «Les problèmes écologiques et physiologiques de l’adaptation». Je conseille aux étudiants de participer à l’APE et je compte poursuivre cette activité moi-même, car elle est utile pour la future profession.

Un étudiant en médecine est-il déjà médecin ou peut-il rester à l’écart de ce qui se passe dans le monde en ce moment ?

À mon avis, les médecins en exercice doivent travailler dur pour traiter et sauver les patients. Nous devons être prêts à donner toutes nos connaissances, notre temps et notre énergie pour rétablir la santé.

L’étudiant en médecine n’est pas encore officiellement un médecin, mais cela ne signifie pas que nous ne devrions pas être prêts à apporter notre contribution si nécessaire. Nous devrions être prêts à partager le peu que nous savons et connaissons.

J’applique déjà mes connaissances dans l’organisation non gouvernementale «Doctors’ Act», qui consiste en des médecins praticiens et tout le monde. Nous nous rendons dans des régions reculées d’Afrique, où l’accès aux soins de santé primaires est difficile. Nous avons visité des zones défavorisées au Ghana, au Zimbabwe et en Zambie.

Au cours de ma première année, j’ai travaillé comme infirmier et j’ai participé à la distribution de médicaments. Cela a permis d’apprendre beaucoup de choses sur les médicaments avant de suivre un cours de pharmacologie à l’université. Parmi les plaintes, le paludisme était le plus fréquent car ces régions sont endémiques à cette maladie. Pour la deuxième fois, j’ai été invité à devenir médecin officiel assistant. Avec le médecin, je consultais les patients et leur prescrivais des médicaments. Lors des manifestations médicales, nous parlions des maladies et des moyens de les prévenir. L’expérience a été utile et je continuerai à faire du bénévolat.

5 raisons d’entrer à L’Institut médical de la RUDN — selon Michel Mavunho, un étudiant d’excellence durant 10 semestres de l’Institut médical :

  • Capacité à aider les gens ;
  • La médecine est une science intéressante et pratique ;
  • La médecine enseigne à se développer intellectuellement et socialement ;
  • Vous obtenez un emploi respectable après vos études ;
  • Vous devenez un membre important de la société après vos études.

Alina Te parlait.

La RUDN
16 Jun
RUDN occupe la 317 place de la liste QS WUR 2022 des meilleures universités du monde

On a publié la liste des meilleures universités du monde QS World University Rankings 2022. RUDN a progressé de 9 places et a occupé la 317 place.

La RUDN
01 Jun
L'URAP est devenue la meilleure université russe dans le classement ARWU des matières en "Agriculture" et a augmenté de 100 places en "Mathématiques"

L’Université de Russe l’amitié des peuples est devenue la meilleure parmi les universités russes dans le classement international ARWU (Classement mondial des matières académiques du Shanghai Ranking) en agriculture. L’URAP est entrée dans ce classement pour la première fois et a immédiatement pris une place dans la gamme 201-300. L’université a également augmenté de 100 postes en "Mathématiques".

La RUDN
27 Apr
URAP dans le classement mondial Times Higher Education Impact Ranking 2021

Le classement THE University Impact Rankings analyse l’impact de l’enseignement supérieur sur le développement de la société et la réalisation des objectifs des Nations Unies dans le domaine de développement durable.