Les étudiants de RUDN ont signé la Déclaration sur l’amitié et le respect mutuel

Les étudiants de RUDN ont signé la Déclaration sur l’amitié et le respect mutuel

Le 20 novembre les étudiants de RUDN ont signé la Déclaration de la communauté des étudiants de l’Université RUDN. Les « ambassadeurs » des pays étrangers, soit les responsables des communautés étudiantes se sont réunis pour confirmer leurs envies et leurs intentions de vivre ensemble et garder l’esprit de l’amitié et de compréhension mutuelle dans une des universités les plus internationalisées du monde.

M. Bazavlouk, vice-recteur délégué à la communication avec les étudiants a parlé devant les étudiants en évoquant l’importance de l’amitié qui a si bien été prononcée dans une chanson « ...je n’oublierai jamais l’ami que j’ai rencontré à Moscou. C’est l’idée de l’amitié qu’on veut enseigner à nos étudiants ».

M. Bogatirev, président du Conseil des étudiants de RUDN a prononcé le texte de la Déclaration:

«Nous, responsables des organisations étudiantes de l’Université russe de l’amitié des peuples, nous nous déclarons prêts à respecter la Déclaration de la communauté des étudiants de la RUDN qui consiste à :

Respecter la Mission de l’Université RUDN et garantir la tolérance par tous les moyens.

Soutenir et aider les représentants de la communauté des étudiants afin de trouver les solutions communes à tous les problèmes que la communauté des étudiants peut avoir.

Nous admettons que l’ignorance et la déconsidération des principes de l’amitié, de la tolérance et de l’aide mutuelle viennent contrarier le status de l’étudiant de la RUDN. Une fois que le manque du respect des principes de tolérance soit signalé,

aucune aide ne peut plus être fournie à la personne sujette d’un tel comportement qui vient contredire la Déclaration.

Aider d’acquiérir un status supérieur aux communautés étudiantes par le biais de la prise des décisions fiables et de leur réalisation.

Promouvoir la vie étudiante à l’Université en assurant la consolidation de la coopération avec les organisations étudiantes des autres universités en Russie, en Europe et partout dans le monde.

Rev Kadigamouvé Anouruddkha Théro est un vrai champion : il signe la Déclaration pour la 6e fois.

«Je me suis fait beaucoup d’amis à l’université. Ce sont des amis des pays différents. Je passe beaucouop de temps avec mon ami qui vient de la Zambie. Et je sais que quand nous nous quitterons nous nous souviendrons toujours de ce temps passé à Moscou et nous chercherons la possibilité et l’occasion de nous revoir peu importe où. Je suis fier de signer cette Déclaration et je fais de mon mieux pour faire comprendre à tout et chacun à quel point c’est important d’avoir des amis dans un univers tellement riche en cultures. Je suis fier de promouvoir ces idées auprès des autres étudiants de l’Université», - Rev Kadigamouvé Anouruddkha Théro (Sri-Lanka), Faculté des lettres (philologie).

Vie à l’URAP
25 May
Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Qais Abdulkader du Yémen a choisi sa future profession consciemment. Il était un étudiant assidu et déjà dans sa troisième année a gagné la première place à un forum international des sociétés pétrolières. L’étudiant a révélé le secret: comment tirer le meilleur parti de ses études à l’URAP et ne pas être déçu par sa profession.

Vie à l’URAP
20 May
«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Je suis profondément convaincu que si l’objectif est de changer le monde, le journalisme est l’arme la plus efficace et la plus rapide pour cela», — une étudiante du cours des masters de l’URAP aurait facilement partagé ces mots du scénariste britannique oscarisé, convaincue que la profession de journaliste est le meilleur moyen pour une personne avec de l’ambition et une langue acérée.

Vie à l’URAP
19 May
Connaissance de trois langues et des jeux de la Ligue des Champions: comment devenir journaliste sportif, life-hacking de l'étudiante de l’URAP Marieli Mendoza

Le poste de chroniqueur sportif est généralement une prérogative purement masculine. Mais l’étudiante de l’URAP, Marieli Mendoza, originaire du Venezuela, a réussi à démystifier ce mythe. Pour ce faire, elle a dû apprendre le russe à partir de zéro, étudier en profondeur l’analyse du sport et comprendre les lois du genre dans la rédaction de reportages et d’informations. Dans une interview, Marieli a parlé de ses records personnels.