Les langues étrangères et l’écologie : Journée de la linguistique à l’Université RUDN

Les langues étrangères et l’écologie : Journée de la linguistique à l’Université RUDN

Un conte de fée en latin, une flashmob et des initiatives écologiques- c’est de cette manière que les spécialistes en langues étrangères du département des langues étrangères de la faculté des lettres de l’Université RUDN ont célebré leur fête professionnelle, Journée de la linguistique.

La journée de la linguistique-2019  a mis l’accent sur les initiatives écologiques et l’état de notre planète. Les spécialistes de l’Institut des langues modernes, de la communication interculuturelle et des migrations sont persuadés que la chasse insensée au progrès technique et aux innovations a souvent un impact destructeur sur la qualité de la vie et l’état écologique de la planète Terre. C’est pour cette raison que les organisateurs ont voulu attirer l’&attention sur ce problème qui apparaît comme très aigu dans les médias du monde entier.

«L’état écologique de la planète inquiète autant les étudiants que les enseignants. Neuf langues sont enseignées dans notre département donc cela peut nous permettre de présenter ce problème d’une façon très ample et tout à fait globale», - dit Tatiana Evsikova, professeur assistant du département des langues étrangères de  la faculté des lettres de l’Université RUDN.

L’apprentissage des langues étrangères...est-ce toujours d’actualité ? Quelles langues ont le plus de perspective ? Yulia Ebzeeva, directrice du département des langues étrangères de la faculté des lettres de l’Université RUDN, organisatrice de l’événement, s’exprime à ce sujet :

«Ce n’est possible pour aucun spécialiste de réaliser ses projets au maximum sans maîtriser au moins une langue étrangère, sans comprendre les nuances d’un échange interculturel »,- souligne Yulia Ebzeeva.

Selon elle, l’apprentissage d’une langue étrangère éveille l’activité intellectuelle et aide aussi à obtenir un post bien payé. Les spécialistes de l’Agence  Adzuna qui agit dans le domaine de l’embauche ont fait un sondage pour savoir quelles sont les langues vues comme prioritaires par les cherfs d’entreprise en 2018, à un tel point que la maîtrise de ces langues peut garantir un salaire plus important en Russie. Ce sont donc le japonais, l’espagnol et le bulgare. L’anglais et le chinois sont en 11e et 13e position. Il suffit d’ajouter que toutes ces langues sont enseignées au département des langues étrangères depuis longtemps.

«J’étudie l’allemand, je parle bien l’anglais et je parle un peu le japonais. J’ai passé un examen en angalis pour avoir le certificat FCE il y a 2 ans et aussi j’ai passé  B2 qui précède le niveau C1, niveau d’un locuteur natif, le niveau de l’allemand c’est B1 et le japonais c’est le niveau débutant, je l’apprends juste pour mon plaisir», - raconte Egor Yulin, étudiant de la 2e année d’études à la faculté des lettres.

«Moi je suis géorgienne donc je parle 2 langues : le géorgien et le mingrélien. Je parle aussi anglais, j’étudie l’espagnol et je parle uhn peu français. Ma phrase préférée c’est  «El español es mi alma y mi corazón» – «l’espagnol c’est mon âme et mon coeur». Je voudrais aussi apprendre l’italien. Les langues étrangères c’est ma passion!» - Tamouna Gabissoniya, étudiante en 3e année, faculté des lettres.

Les master-classes et les événements organisés dans le cadre de la Journée de la linguistique ont permis aux étudiants de parler et d’entendre plusieurs langues étrangères mais aussi apprendre quelles initiatives écologiques sont mises en place dans les pays où chacune de ces langues est parlée. Par exemple, le secteur de la langue française a fait connaître au public qu’il existe plusieurs types de plastique. Les étudiants ont également évoqué les programmes que l’état français et l’Organisation internationale de la Francophonie mettent en place.

La journée de la linguistique c’est terminée par un concert qui avait le titre « Page verte ». Les décorations de fête ont été fabriquées à partir de matériau écologique ou bien de matières secondaires. Par exemple, la « Page verte », une installation faite par une étudiante de la 4e année d’études en linbguistique, Boyko Daria, a été construite  à partir d’une feuille de placage et  des branches trouvées dans le parc sur le territoire de la RUDN. Sur cette « page » on voyait écrit « On récolte ce que l’on sème en 9 langues – toutes enseignées au dépaertement des langues étrangères. Une chorale, des danses géorgiennes, des pièces de théâtre – le tout préparé par les étudiants ont ravi les spectateurs. Les invités ont surtout apprécié le conte de fée « Kolobok » en langue latine et une mise en scène par le secteur français qui s’intitulait « Obsédés par la linguistiaque ».

 

Vie à l’URAP
25 May
Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Qais Abdulkader du Yémen a choisi sa future profession consciemment. Il était un étudiant assidu et déjà dans sa troisième année a gagné la première place à un forum international des sociétés pétrolières. L’étudiant a révélé le secret: comment tirer le meilleur parti de ses études à l’URAP et ne pas être déçu par sa profession.

Vie à l’URAP
20 May
«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Je suis profondément convaincu que si l’objectif est de changer le monde, le journalisme est l’arme la plus efficace et la plus rapide pour cela», — une étudiante du cours des masters de l’URAP aurait facilement partagé ces mots du scénariste britannique oscarisé, convaincue que la profession de journaliste est le meilleur moyen pour une personne avec de l’ambition et une langue acérée.

Vie à l’URAP
19 May
Connaissance de trois langues et des jeux de la Ligue des Champions: comment devenir journaliste sportif, life-hacking de l'étudiante de l’URAP Marieli Mendoza

Le poste de chroniqueur sportif est généralement une prérogative purement masculine. Mais l’étudiante de l’URAP, Marieli Mendoza, originaire du Venezuela, a réussi à démystifier ce mythe. Pour ce faire, elle a dû apprendre le russe à partir de zéro, étudier en profondeur l’analyse du sport et comprendre les lois du genre dans la rédaction de reportages et d’informations. Dans une interview, Marieli a parlé de ses records personnels.