«La douleur commune nous a motivés à faire un geste digne- nous avons construit un puit dans un des villages du Niger rendant hommage à notre ami», - Ramazan Adouev, président de la Communauté des étudiants daghestanais de la RUDN

«La douleur commune nous a motivés à faire un geste digne- nous avons construit un puit dans un des villages du Niger rendant hommage à notre ami», - Ramazan Adouev, président de la Communauté des étudiants daghestanais de la RUDN

Ramazan est étudiant en médecine, «Infirmerie», Université russe de l’amitié des peuples.

Notre communauté on peut en parler sans arrêt! Depuis des années j’étais membre très actif et je suis devenu président de la communauté il y a un an. Tous les membres de la communauté sont très proches, nous sommes à peu près 120, c’est l’une des plus grandes communautés de l’Université. Mais on n’est pas envore arrivé à la limite car il y a plus de 500 étudiants daghestanais au total à RUDN. Il y a des darguines, des avars, des lesguins, des koumyks, des routouls, des tabassarans, des nogaÏs  - et ce n’est qu’une partie de la communauté.

Nos valeurs principales ce sont la religion, la famille et la patrie. Même quand on quitte notre terre pour un certain temps, nous revenons au Daghestan car on ne peut pas vivre sans cet air et ces montagnes. La religion nous aide à supporter ce manque du pays. On vient de sortir du Ramadan- c’est une grande fête  pour nozs peuples. Nous nous sommes réunis tous pour l’AÏd.

Il n’y a pas longtemps un maloheur nous est arrivé. Nous avons perdu notre ami et notre frère, Magomedkhan Abdulgamidov, étudiant de la faculté d’économie de la RUDN. Il était étudiant en médecine et vice-président de la communauté. On voulait trouver un bon moyen de lui rendre hommage et finalement on a décidév de construire un puits au Niger, dans un village, où la population est en manque constant d’eau. Nous nous sommes adressés à notre ami, notre compatriote qui est dans  «The living heart» -une fondation de bienfaisance « Coeur vivant » (« Jivoyé serdtsé »). La fondation s’est occupée de la construction du puits et y a  mis une pancarte où nous avons laissé une dédicace : « Sadak’a Jariya de Magomedkhan Abdoulgamidov ». Les deus premiers mots veulent dire « aumône » qui sert de récompense à son maître même après sa mort.

Cette initiative n’est pas nouvelle pour nous. Nous nous rendons souvent dans les orphelinats et les centres de traitement du cancer. Nous voulons nous organiser pour commencer à accumuler des frais pour aider ceus qui sont dans le besoin. Si on arrive à aider quelqu’un cela nous aide à garder nos coeurs ouverts et ne pas rester indifférents.

Vie à l’URAP
25 May
Commencer par une entreprise familiale — continuer à chercher soi-même: comment un étudiant de l’URAP a trouvé sa vocation

Qais Abdulkader du Yémen a choisi sa future profession consciemment. Il était un étudiant assidu et déjà dans sa troisième année a gagné la première place à un forum international des sociétés pétrolières. L’étudiant a révélé le secret: comment tirer le meilleur parti de ses études à l’URAP et ne pas être déçu par sa profession.

Vie à l’URAP
20 May
«Enfant, je ne jouais pas aux mères et aux filles avec mes poupées, mais je les interviewais»

«Je suis profondément convaincu que si l’objectif est de changer le monde, le journalisme est l’arme la plus efficace et la plus rapide pour cela», — une étudiante du cours des masters de l’URAP aurait facilement partagé ces mots du scénariste britannique oscarisé, convaincue que la profession de journaliste est le meilleur moyen pour une personne avec de l’ambition et une langue acérée.

Vie à l’URAP
19 May
Connaissance de trois langues et des jeux de la Ligue des Champions: comment devenir journaliste sportif, life-hacking de l'étudiante de l’URAP Marieli Mendoza

Le poste de chroniqueur sportif est généralement une prérogative purement masculine. Mais l’étudiante de l’URAP, Marieli Mendoza, originaire du Venezuela, a réussi à démystifier ce mythe. Pour ce faire, elle a dû apprendre le russe à partir de zéro, étudier en profondeur l’analyse du sport et comprendre les lois du genre dans la rédaction de reportages et d’informations. Dans une interview, Marieli a parlé de ses records personnels.