«Je me suis toujours sentie comme une Russe dans mon âme», — Kasuni Pokuneguda, étudiante de l’URAP

«Je me suis toujours sentie comme une Russe dans mon âme», — Kasuni Pokuneguda, étudiante de l’URAP

Les contes de fées de Pouchkine, l’amour des enfants, la mise en place d’un nouveau programme éducatif et une thèse à Oxford. Comment l’affection d’enfant a influencé le choix de l’université, quel rôle a joué le prestige de l’URAP et comment Kasuni Pokuneguda, une étudiante du Sri Lanka, voit son avenir.

On me lisait constamment des contes de fées russes, mon grand-père aimait beaucoup la Russie. Par conséquent, dans mon âme, je me suis toujours sentie comme une Russe, même si je suis née au Sri Lanka.

Les langues étrangères, leur étude — une sorte de conséquences de la domination britannique. C’est fini, mais nous apprenons l’anglais depuis la maternelle.

Dans notre pays, on parle plusieurs langues: le tamoul, le cingalais et de nombreux dialectes, mais l’anglais est toujours utilisé comme lingua franca — comme lien de communication entre les peuples.

Amérique ou Russie — J’avais un tel choix lorsque j’ai décidé d’étudier à l’étranger. Excellent anglais parlé en faveur de l’Amérique, la Russie est l’amour d’un enfant pour les contes de Pouchkine et les histoires de Tchekhov. L’amour d’un enfant a été plus fort.

L’URAP est bien connue par les candidats sri-lankais, elle est citée et considérée comme une bonne étape pour obtenir un emploi prestigieux dans le domaine de l’éducation.

J’ai choisi " Linguistique théorique et appliquée «. Au cours de la première année, j’ai mené une analyse comparative des différences culturelles et linguistiques entre les représentants de différents pays.

J’aime travailler avec des enfants jusqu’à deux ans, c’est une expérience incroyable: je peux apprendre le russe et ils apprennent l’anglais.

Je veux vraiment enseigner à des enfants «spéciaux» — parfois nous ne leur accordons pas assez d’attention et la situation doit changer.

L’éducation des enfants est un sujet spécial pour moi — j’ai une certaine expérience et des connaissances qui me permettent d’approfondir les problèmes et de trouver des solutions.

Le travail du cerveau dans l’étude d’une langue et la construction de phrases — après les cours, j’ai souvent eu des questions sur leur développement. Je prévois de développer le sujet dans le cadre de l’enseignement des dyslexiques dont la capacité à maîtriser la lecture et l’écriture dans la mesure requise est limitée. Et écrire une thèse de doctorat en neurolinguistique à Oxford ou à Cambridge.

Dans trois ans, un nouveau programme d’enseignement linguistique sera lancé dans mon pays, et je profiterai de l’occasion d’être une pionnière dans le développement de cours de linguistique. Le prestige du diplôme universitaire de l’URAP m’aidera à obtenir un poste d’enseignant dans l’une des meilleures universités du pays.

Vie à l’URAP
30 Nov
«Je suis heureux de voir le sourire de mes patients» — Karen Karapetyan, doctorant à l’Institut de médeine de la RUDN

Karen Karapetyan est doctorant au département de chirurgie orale et maxillo-faciale et de dentisterie chirurgicale de la RUDN. Dans une interview avec Karen Karapetyan vous découvrirez l’importance de la dentisterie, la nécessité de la technologie numérique en dentisterie, pourquoi il est important que les dentistes s’engagent dans la science et quels sont les stéréotypes sur les dentistes.

Vie à l’URAP
11 Nov
Plus que le sport : les entraîneurs et le capitaine de l'équipe de hockey de RUDN parlent des premiers matchs et des premières victoires

En mai 2021 l’équipe de hockey sur glace est apparue à la RUDN, et au cours de la nouvelle année universitaire elle a joué avec succès dans la Ligue de hockey sur glace des étudiants de Moscou (LHÉM). Deux victoires, le jeu décidé du capitaine Denis Belyanin et le travail d’équipe sont les résultats des deux matchs de départ de l’équipe RUDN.

Vie à l’URAP
15 Oct
Un journaliste, un médecin et un architecte se sont rencontrés un jour... au festival «Tavrida ART»

Les étudiants ont prouvé que la création artistique était accessible à tous, quel que soit leur profession. Junior de la Guinée-Bissau est journaliste, Chayan de l’Iran est un futur médecin, Vaïl de la Syrie est architecte. Tous ensemble ils forment un groupe musical. Ils ont joué du saxophone, de la guitare, du tambour, ils ont chantaient et dansaient au grand festival " Tavrida ART " qui a eu lieu du 8 au 12 septembre dans la baie Kapsel en Crimée.