«Dans dix ans, j'envisage de prendre un poste dirigeant dans mon pays d'origine»: un étudiant mauritanien fait part du secret d'une planification de vie réussie

«Dans dix ans, j'envisage de prendre un poste dirigeant dans mon pays d'origine»: un étudiant mauritanien fait part du secret d'une planification de vie réussie

«Le monde entier est un théâtre? Non, le monde est plutôt un grand échiquier. » Le futur candidat ès sciences et joueur d’échecs amateur Sheikh Abdellahi Ahmedina de Mauritanie se qualifierait justement de grand maître de sa propre vie. Sheikh a fait part du secret du moyen de faire fonctionner les circonstances avec virtuosité pour soi-même.

Mon chemin était inhabituel. Après des études à la faculté des lettres de mon pays d’origine, j’ai décidé de poursuivre mes études en Russie. Cependant, trois années d’études de premier cycle n’étaient pas suffisantes pour poursuivre les cours de master. Maman a donné un bon conseil: «S’il est impossible de changer les circonstances, change ton attitude à leur égard», et elle m’a conseillé de m’essayer dans un autre domaine. J’ai appris que des étudiants de 158 pays du monde faisaient leur études à l’URAP et j’ai compris que c’était ma chance de devenir un leader.

C’était une décision difficile mais juste. J’ai réfléchi, analysé la situation dans le pays — au cours des cinq dernières années, plusieurs grands gisements de pétrole et de gaz ont été découverts en Mauritanie. Le choix s’est porté sur le programme de géologie de l’Académie d’ingénierie de l’URAP.

Pourquoi les gens quittent-ils la Mauritanie pour la Turquie ou l’Europe, mais pas pour la Russie? S’ils connaissaient les possibilités de ce pays, ils seraient certainement venus ici! Pendant nos études à l’URAP, nous avons fait chaque année un stage dans le Caucase, à Kazan et à Sotchi. C’était intéressant de faire des recherches sur le terrain et de voir la Russie de l’autre côté: pas de gratte-ciels, mais d’immenses montagnes, grottes et champs. Au cours de la mission, nous avons obtenu des données sur les roches, étudié la minéralogie, la géochimie et la cristallographie, et découvert la composition des matériaux au microscope. Saviez-vous que les roches ne sont presque jamais pures, sans impuretés, puisqu’elles sont constituées de différents composés minéraux? Comme aux échecs, pour lesquels je me passionne depuis de nombreuses années, un mauvais coup peut ruiner quarante bons. Une conclusion erronée sur la composition du matériau affecte les résultats de l’ensemble de l’étude. Après mes études, je prévois de retourner en Mauritanie avec un grade universitaire. Il est nécessaire pour que mon rêve se réalise: je veux occuper un poste dirigeant, peut-être — devenir ministre des Mines. J’ai eu l’opportunité de travailler en tant que professeur d’anglais — c’est une profession très demandée dans mon pays. Mais j’ai décidé que je pourrais me rendre utile pour mon Etat. Dans cinq ans, je me vois comme directeur d’une des plus grandes sociétés minières de Mauritanie, et dans dix ans, peut-être ministre.

Vie à l’URAP
23 May
«J’aime créer quelque chose de nouveau — j’ai trouvé ma place dans les sciences» — Ngbala-Okpabi Obarijima Godwin Samuel, étudiant à l’Académie d’ingénierie de RUDN

Obarijima est venu du Nigéria et est entré à la RUDN en 2016. Il est actuellement en première année de master à l’Académie d’ingénieurs et a déjà réussi à déposer un brevet. L’entretien porte sur les raisons pour lesquelles il a décidé d’étudier en Russie, sur l’enregistrement des brevets et sur les moteurs VR5.

Vie à l’URAP
17 May
Victoria Orlova, étudiante à l'Institut de médecine de RUDN: Pendant mes quatre années d'études, une seule pensée me vient à l'esprit: «Pourquoi la profession d'infirmière est-elle si peu valorisée?»

Il existe une perception commune selon laquelle le rôle d'une infirmière est de servir et d'apporter. Mais ce n'est absolument pas le cas. Je m'appelle Victoria Orlova, je suis étudiante en quatrième année à l'Institut de médecine de RUDN, avec une spécialisation en soins infirmiers.

Vie à l’URAP
25 Apr
Résultats de la hotline du recteur de la RUDN avec les étudiants étrangers — le 15 avril

Le 15 avril, le recteur de RUDN, Oleg Yastrebov, a organisé la troisième réunion avec les étudiants étrangers de l’université. 213 utilisateurs ont rejoint la réunion en ligne. 32 présidents des communautés des étudiants étrangers étaient présents en personne dans la salle. Les élèves ont envoyé 23 questions au recteur à l’avance et ont posé 40 questions pendant la session de chat.