«Il est difficile de faire passer le message aux gens sur la conservation des ressources de la planète» — Anastasia Voevodina, étudiante de l’Institut d’écologie de RUDN

«Il est difficile de faire passer le message aux gens sur la conservation des ressources de la planète» — Anastasia Voevodina, étudiante de l’Institut d’écologie de RUDN

Anastasia Voevodina, étudiante en troisième année de l’Institut d’écologie de RUDN, adopte une approche responsable des questions de conservation. Elle combine avec succès ses études et son travail bénévole.

Elle s’engage dans l’éducation écologique des enfants et des adultes et aide les réserves naturelles et les parcs nationaux à nettoyer leur territoire. Consultez notre interview d’Anastasia pour en savoir plus sur son parcours vers l’écologie et les éco-projets.

Depuis combien de temps et comment ton chemin vers l’écologie a-t-il commencé?

Le parcours écologique a commencé en 6e année à l’école, lorsque j’ai participé au concours «Ma mer Noire aimée». Déjà à l’époque, j’avais compris que je m’occuperais des ressources en eau ou de la compilation d’éco-pistes et d’itinéraires, car dans ma ville natale de Sotchi, cette orientation du tourisme est très pertinente.

Comment tes études et ton intérêt pour l’écologie se sont-ils transformés en bénévolat?

Je suis par nature une personne pour qui la communication avec les gens me recharge en émotions positives. Et le bénévolat lié à la conservation de la nature réunit mon amour des gens et du monde qui m’entoure.

Quelle est la chose la plus difficile dans ton domaine de travail?

Transmettre aux gens l’idée de la conservation des ressources de la terre, de l’utilisation et de la consommation rationnelles de tels ou tels avantages que nous tirons de notre planète. Toutes les personnes ne sont pas prêtes à passer aux énergies propres ou au recyclage en raison de leur budget économique ou de leurs habitudes.

Quels sont les projets que tu as déjà réussi à mettre en œuvre cette année?

J’ai participé à trois projets cette année.

Le premier était le «Week-end de bénévolat à Yasnaya Polyana». Nous avons aidé à nettoyer et à aménager le terrain du Musée-Réserve de Léon Tolstoy.

Le second était le bénévolat au parc national de Courlande. Nous y avons effectué un travail de comptage des visiteurs du parc sur les principales routes écologiques.

Le troisième était le bénévolat dans la réserve naturelle de Malyi Utriche. Là, nous avons informé les touristes dans les campings, mais aussi les résidents locaux sur la collecte sélective des déchets et l’éducation écologique des adultes et des enfants. J’ai commencé à m’y intéresser à cause de la marée noire du port de Novorossiysk en août 2021. Je me suis donc portée bénévole pour la réserve naturelle de Malyi Utriche fin août.

Tu as participé à un projet d’éducation environnementale pour les enfants d’âge préscolaire. Est-il plus facile d’expliquer à la jeune génération ce que signifie la préservation de l’environnement?

Je n’ai travaillé avec des enfants qu’une seule fois, et c’était pendant ma première année d’études. C’est plus facile avec les enfants car ils sont plus rapides et plus curieux pour certaines tâches. Nous avons joué à des jeux de société pour sauver la planète, où tout le monde a appris beaucoup de choses sur la protection de l’environnement. Nous avons également eu une courte conférence sur les étapes de base du recyclage des matériaux. Il est intéressant de noter que lorsque les enfants s’impliquent, ils impliquent également leurs parents et leurs grands-parents.

Comment penses-tu que la RUDN réussit à attirer l’attention sur les sujets écologiques?

La RUDN est l’une des meilleures universités vertes du monde et se classe au premier rang en Russie. Je pense que c’est justifié. Nous surveillons régulièrement le campus et ses environs, nous disposons de conteneurs pour la collecte sélective des déchets, pour les piles et les déchets solides.

Quels films et livres recommanderais-tu au public pour qu’il s’imprègne des situations environnementales qui se produisent dans le monde?

Je suggère des films anti-utopiques afin que l’on puisse imaginer à quoi peut mener une attitude indifférente envers la nature et les autres. Il ne faut pas oublier le très émouvant film d’animation «Wall-i».

Est-il difficile de trouver des personnes partageant les mêmes idées?

Pas du tout difficile, surtout à ce stade de mes études à l’Institut d’écologie de RUDN.

Formation
03 Nov
Les étudiants de la RUDN ont gagné dans le concours de traducteurs

Des étudiants de la RUDN figurent parmi les lauréats et les finalistes du deuxième concours international de traduction professionnelle pour étudiants, qui a rassemblé 876 participants de 6 pays. Au total, 1 316 œuvres ont été présentées dans 11 sections du concours. Plus de 160 entrées ont été disqualifiées pour cause de traduction automatique.

Formation
20 Sep
«Notre réunion a un seul objectif — rendre la prestation de soins médicaux performante et sûre» — Mikhail Murachko, ministre de la santé de la Fédération de Russie

Le ministre de la santé de la Fédération de Russie Mikhail Murachko s’est adressé aux étudiants de la RUDN à la veille de la Journée mondiale de la sécurité des patients, le 14 septembre 2022.

Formation
01 Sep
Comment allons-nous faire nos études au premier semestre?