«Quand il s’agit du contrôle des processus migratoires il est nécessaire de veiller à ce qu’il y ait un équilibre entre les droits de l’homme et les intérets de l’état», - dit Ludmila Bokova, membre du Conseil de la Fédération de la Fédération de Russie

«Quand il s’agit du contrôle des processus migratoires il est nécessaire de veiller à ce qu’il y ait un équilibre entre les droits de l’homme et les intérets de l’état», - dit Ludmila Bokova, membre du Conseil de la Fédération de la Fédération de Russie

Le 4 Juin l’Université russe de l’amitié des peuples a accueilli un colloque «Migration 2020 : tendances mondiales: sécurité, santé et intégration». 150 participants de 26 ont évoqué les tendances principales de la migration et ont partagé leur expérience pratique dans le domaine. L’attention particulière fut fixée sur le problème d’intégration des enfants dans la vie d’une société.

150 experts de  26 pays d’Europe et d’Asie ont présenté leurs études et fourni les données analytiques concernant les processus migratoires. La géographie de la participation est très vaste : Belgique, Hongrie, Italie, Kazakhstan, Lettonie, Tadjikistan, Ouzbékistan, France, Allemagne et d’autres.

«Selon l’ONU 200 mln de personnes dans le monde sont des migrants ou des migrants forcés. Cela représente 3% de la population. Il faut donc avoir des mécanismes forts pour contrôler ces processus. La législation de la Fédération de Russie en matière de la migration se renforce et protège plus l’homme. Or il est très important de veiller à ce qu’il y ait un équilibre entre les droits de l’homme et les intérets de l’état », - déclare Ludmila Bokova, membre du Conseil de la Fédération de l’Assemblée Fédérale de la Fédération de Russie.

Les experts internationaux ont mentionné les points clé qui demandent d’être traités avec une attention particulière. Lilja Gretarsdottir (Islande, FRANCE), déléguée du Conseil de l’Europe a proposé de mettre un accent fort sur  le travail éducatif avec la population du pays d’accueil:

«Même si les migrants arrivent à apprendre la langue avec succès, mais la société ne sera pas prête à les accueillir et leur parler, cela ne donnera auxun résultat».

Olga Narimski, déléguée du département du Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés sur le territoire de la Fédération de Russie croit important dfe travailler avec les migrants forcés, tout autant qu’avec les migrants du travail.Selon Abror Yussupov ( Institut de la recherche stratégique et interrégionale auprès du Président de l’Ouzbékistan) il faut également rester toujours en contact avec les représentants des diaspora et des communautés dont le rôle devient de plus en plus important.

La migration peut être un atout pour un grand nombre de pays dont la Russie. « 200 000 personnes sont devenus citoyens de la Fédération de Russie en  2018. La migration peut donc servir d’engin de développement de la Russie. Il faut aussi  considérer le répatriement comme un processus aussi important que la naturalisation. La Russie a besoin de ses compatriotes tout comme ses compatriotes ont besoin de leur patrie »,- dit Constantine Zatoulin, député de la Douma d’Etat, directeur de l’Institut des pays de la CEI.  

Parmi d’autres sujets qui ont été abordés on peut citer la turbulence des migrationhs, les difficultés d’adaptation sociale et linguistique des migrants, les menaces du système de la santé publique et du code civil, la protection de »s droits des familles et des enfants des migrants.

«L’Université russe de l’amitié des peuples c’est l’université qui peut se vanter d’être l’université la plus internationale de Russie. Depuis des dizaines d’années l’Université RUDN sert de plateforme qui permet des réunions des experts dans le domaine de la migration. C’est ici qu’on commence à appliquer les techniques d’adaptation des étrangers. Depuis 2018 ce colloque est parrainé par le Conseil de l’Europe »,- remarque Angéla Dolgikova, vice-recteur délégué à la formation continue de l’Université RUDN.

Les thèmes abordés touchent à tout l’espace eurasiatique.

«Le défis relevé par l’Europe c’est le défi commun qui concerne tous les pays. Grâce au Conseil de l’Europe il existe l’espace juridique commun qui se répand de Lisbone à Vladivostok. Pour que cet espace fonctionne il faut rester en contact permanent avec le milieu des experts et nous sommes très reconnaissants à l’Université RUDN de nous avoir permis de rencontrer les représentants du pouvoir légtislatif et exécutif, ainsi que nos collègues des autres pays, les scientifiques et les autres spécialoistes», - Petr Sich, directeur du Bureau de planification du Conseil de l’Europe en Fédération de Russie.

Le colloque fut organisé par l’Institut des langues modernes, de la communication interculturelle et de migration de l’Université RUDN ( ISYaMKIM RUDN) avec le soutient d’expert du Conseil de l’Europe, de l’Institut de la CEI, de la fondation Hanns Seidel Stiftung et de la fondation «Russkiy mir».

Participants:

  •  Constantin  Zatoullin– député de la Douma d’État de la Fédération de Russie
  •  Ludmila Bokova – sénateur, Conseil Fédérale de l’Assemblée Fédérale de la Fédération De Russie
  • Valentina Kazakova – directrion principale pour la migration auprèzs du Ministère de l’Intérieur de la Fédération de Russie
  • Petr Sich, directeur du Bureau de planification du Conseil de l’Europe en Fédération de Russie
  • Bernhard Zeidenat – député, parlement de Bavière (Allemagne), président de la Commission pour la santé
  • Abdousattor Essoev – directeur du Bureau de l’Organisation internationale des  migrations à Moscou
  • Olga Narimski – conseiller principal du service judiciaire du Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés en Fédération de Russie
  • Elvana Thaci – conseiller principal du service judiciaire de la représentation spéciale du Secrétaire général du Conseil de l’Europe pour la migration et les réfugiés.
  • Lilja Gretarsdottir – directeur agjoint du Département chargé de coopération avec les organisations internationales et la société civile auprès du Conseil de l’Europe.
  • Robert Gaiger – chef du Département en charge de l’intégration des migrants dans le domaine de l’éducation auprès du Ministère de l’éducation et de la vculture de Bavière (Allemagne)
  • Alain Dominique Viaut – directeur de recherche, Centre national de la recherche scientifique (France)

 

Recherche
18 Mar
Un chimiste de RUDN University a développé une méthode respectueuse de l'environnement pour obtenir un remède contre le paludisme et la lèpre

Le chimiste de l’Université RUDN a développé une méthode pour la synthèse " verte " de la dapsone, une substance qui inhibe la croissance des pathogènes du paludisme et de la lèpre. Le principal réactif de la nouvelle réaction, le peroxyde d’hydrogène, ne forme pas de composés dangereux pour l’environnement et le seul sous-produit de la réaction est de l’eau. Contrairement à d’autres méthodes, cette méthode permet d’obtenir la dapsone en une seule étape sans chauffage à des températures élevées, et le catalyseur de réaction peut être réutilisé sans perte de propriétés.

Recherche
18 Feb
Biologiste de RUDN University: les feuilles de fougère améliorent l'immunité et la croissance de la carp

Un biologiste de RUDN University a découvert que la poudre de feuilles de fougère avait un effet positif sur l’immunité, l’activité antimicrobienne et la croissance des carpes. Cela permettra aux piscicultures d’élever des poissons sains et de grande taille sans utiliser de produits chimiques. L’article a été publié dans la revue Fish & Shellfish Immunology.

Recherche
17 Feb
Les chimistes de RUDN University ont développé une réaction domino pour obtenir des médicaments anticancéreux

Les chimistes de l’Université RUDN ont proposé une nouvelle réaction pour obtenir des substances organiques complexes dans un et unique récipient. Les produits de synthèse se sont révélés efficaces contre les cellules cancéreuses, y compris celles résistantes aux médicaments connus.