Ils sont venus de Palestine, de nationalité de Jordanie, mais lorsqu'on leur demande d'où ils viennent, ils répondent - de l’URAP

Ils sont venus de Palestine, de nationalité de Jordanie, mais lorsqu'on leur demande d'où ils viennent, ils répondent - de l’URAP

Si vous cherchez un exemple d’objectifs de frères et sœurs ("sibling goals"), regardez Rima et Mohammed Lafi. Rima a un an de moins, mais la différence d’âge ne se fait pas sentir, car ils étudient la même année à l’Institut médical de l’URAP, parlent de manière synchrone et plaisantent de la même manière "C’est juste que nous sommes ensemble depuis longtemps, et tout le monde pense que nous sommes jumeaux", dit Rima en riant.

Pourquoi avez-vous choisi la Faculté de médecine ?

Rima: Je suis allée à la Faculté de médecine parce que mon père était gynécologue. Nous voulons devenir médecins comme lui. Mon rêve est de devenir dermatologue. J’adore aider les gens. Au début, je voulais être avocate, mais il y a une tradition dans notre famille : tout le monde devrait devenir médecin !

Mohammed : Papa était un grand gynécologue et une personne célèbre. Dès l’enfance, nous sommes venus à son travail à la clinique et nous avons observé comment il aidait les gens. Mon père est décédé en décembre 2019 — maintenant sa photo est bien en vue dans notre maison et ici — sur les bureaux. Papa nous a toujours soutenus : avec de la motivation, des conseils, de l’argent. Et pour cela, nous lui sommes éternellement reconnaissants.

Rima, pourquoi un dermatologue, notamment ?

Rima: Je suis allergique. Je suis allée voir de nombreux médecins, mais personne ne pouvait m’aider. Je souhaite développer un traitement pour les allergies et je serai moi-même la première patiente. Mon rêve est d’ouvrir ma propre clinique en Jordanie.

Mohammed, pourquoi un gynécologue ?

Mohammed: Je veux devenir obstétricien-gynécologue pour donner une nouvelle vie. Je veux être comme mon papa. À l’URAP, j’ai rencontré un autre grand médecin — Viktor Radzinski. C’est un exemple à suivre. Lorsque les étudiants apprennent qu’il donnera une conférence, l’auditoire est bondé.

Mohammed, pour toi, en tant que médecin, la naissance d’un être humain est-elle un miracle ou est-ce de la biologie et de la médecine ?

Mohammed: Bien sûr, c’est un miracle. Nous observons le bébé pendant 9 mois, avant même sa naissance. La grossesse des femmes est divisée en étapes, et chaque étape a ses propres difficultés. La tâche du médecin est de tout faire correctement et de rencontrer la petite personne.

Pourquoi la Russie ?

Rima: Mon frère a immédiatement choisi l’URAP. À ce moment-là, j’étais déjà diplômée de la faculté préparatoire de l’université de Krasnodar, mais j’ai décidé de continuer à étudier avec lui dans le même groupe, j’ai donc dû répéter le cours — c’était utile !

Mohammed: Au début, je ne voulais pas aller en Russie. J’avais peur du froid, car je n’y étais pas habitué. Avant cela, j’ai fait mes études pendant 2 ans en Égypte. Une fois, mon père m’a fait asseoir devant lui et m’a dit :

Rima: " La Russie est ton destin ! "

Mohammed: "Si la Russie «, dis-je, » alors je veux choisir une université par moi-même." Le choix s’est porté sur l’URAP. J’ai tout de suite aimé que des étudiants de 158 pays du monde étudient ici.

Comment réussissez-vous, les gars d’un autre pays, à étudier parfaitement bien ?

Rima: Nous sommes venus ici pour nous étudier ! Nous savions que dans un nouveau pays, nous voudrions tout voir, nous promener. J’ai passé une année entière à la faculté préparatoire pour me familiariser avec de nouveaux endroits, je suis même allée à Saint-Pétersbourg. Mais quand nous avons commencé à étudier à la Faculté de médecine, tout a changé. Chaque jour, après les cours, nous nous entraînons, parfois jusqu’à tard dans la nuit. Je ne me promène que le samedi après les cours. Papa a toujours dit que la répétition était la mère de l’apprentissage. Il faut tout faire à 100% et ne pas avoir de " queues «.

Mohammed: Nous avons un objectif — nous apprendre, et nous faisons beaucoup pour cela. Même pendant notre temps libre, nous sommes engagés dans la médecine : nous demandons à l’enseignant des travaux supplémentaires, l’aidons à organiser un quart de travail ou une pratique. Chaque été, l’accréditation a lieu au Centre de formation en simulation de l’URAP. Nous aidons toujours le directeur du Centre avec l’organisation.

Était-ce difficile d’apprendre le russe ?

Mohammed: Bien sûr, mais nous avons immédiatement pris la décision de parler russe, malgré le fait que nous étudions dans un programme en anglais.

Rima: Je parle arabe, anglais et russe. Nous avions des professeurs très expérimentés et gentils, avec lesquels nous avons réussi à maîtriser rapidement la langue. Bientôt, je commencerai à apprendre l’hébreu et l’allemand avec mon frère.

Avez-vous peur des maladies infectieuses ?

Mohammed: Non. Nous sommes conscients des risques, nous sommes donc très prudents et prenons toutes les mesures pour nous protéger et protéger le patient. Probablement, au fil du temps, une immunité à la peur a été développée. Un intérêt professionnel pour la maladie l’emporte sur la peur. Lors de la pratique, lorsque nous allons chez le patient, nous comprenons qu’il est impératif de mettre un masque, des gants et de traiter nos mains avec un antiseptique.

Comment se construit votre journée ?

Rima: Nous nous réveillons à 7 heures du matin. À 7h30 nous courons après le bus pour nous rendre à l’hôpital. Les cours passent de 9 à 14 heures, et comme l’hôpital est très éloigné, nous ne rentrons à la maison qu’à 15-16 heures. Après cela, je dois dormir pendant 2 heures. Pendant ce temps, mon cerveau se repose et je peux continuer à m’étudier. Puis je me réveille, je mange et je m’assois à étudier jusqu’au matin. Je dors 5 heures par jour.

Mohammed: Cela dépend du cycle. Quand il y avait un cycle de » maladies infectieuses ", je me couchais constamment à 3 heures du matin et me réveillais à 7 heures du matin. J’ai dormi 4 heures, mais le cycle s’est déroulé facilement, j’ai tout passé parfaitement. Comme Rima, je dors au moins 1 heure l’après-midi, après les cours, pour donner du repos à mon corps.

Comment avez-vous réussi à organiser votre vie dans le dortoir pour pouvoir vous étudier ?

Rima: Je vis avec trois voisines. Au début, c’était très difficile ensemble — chacune avait ses propres règles. Au fil du temps, elles ont réalisé que j’étais une personne qui venait étudier. C’est pratique pour moi d’apprendre à voix haute, alors nous sommes convenues — j’étudie dans la cuisine et je ne dérange personne. Une de mes voisines fait ses études dans une académie d’ingénieurs. Elle est très intelligente, une heure lui suffit pour maîtriser la matière, puis se consacrer du temps à elle-même. La fille chinoise est calme. La fille arménienne visite le dortoir trois jours par semaine. Nous sommes déjà habituées et nous nous comprenons parfaitement.

Mohammed: Les étudiants sont venus de différents pays : quelqu’un veut danser, quelqu’un veut écouter de la musique, quelqu’un veut parler au téléphone. Au fil du temps, nous nous y sommes habitués. Maintenant, il arrive que lorsque j’étudie, des voisins viennent avec une tasse de café et me proposent de faire une pause. Nous respectons le temps de chacun — chacun doit faire son propre truc et parfois se reposer.

Ils sont venus de Palestine, de nationalité de Jordanie, mais lorsqu’on leur demande d’où ils viennent, ils répondent — de l’URAP.

Vie à l’URAP
02 Apr
Consignes pour les étudiants de L’Université RUDN qui peuvent revenir de l’étranger

Peuvent revenir en Russie, pour les études en présentiel, les étudiants étrangers qui:

Vie à l’URAP
16 Mar
L’Université de l’amitié des peuples est devenue la première université qui a ouvert le Centre multifonctionnel

L’URAP rend l’espace éducatif plus confortable et transfère 54 services pour les étudiants et les employés dans un seul centre multifonctionnel. Maintenant il est possible d’obtenir tous les documents les plus nécessaires en un seul endroit.

Vie à l’URAP
26 Jan
Qu'étudie une fille d'un policier équatorien à Moscou?

La deuxième année de cours des masters à l’Institut de droit de l’URAP — le choix de la spécialité d’Angelica Sandoval a sans aucun doute été influencé par son père. Il sert dans la police et la jeune fille de son enfance a écouté des histoires sur la recherche de criminels, les embuscades, les poursuites et les fusillades. Le mot clé est fille, donc la famille est la famille, mais la décision d’étudier la médecine légale semble un peu extravagante. De plus, lorsque la formation se déroule littéralement à l’autre bout du monde, en Russie. Bien que, si on figure-le bien, tout est absolument logique: rêves d’enfance, objectifs de vie — à l’URAP, Angelica a réussi à trouver tout ce qu’elle cherchait.