«Un médecin ne salit jamis son casaque»: les futurs médecins passent l’examen de leur vie
«Un médecin ne salit jamis son casaque»: les futurs médecins passent l’examen de leur vie
Alexey Abramov, docteur en médecine, professeur, directeur de l’Institut de médecine de la RUDN partage avec nous sur la façon dont le stage des étudiants des 4e et 5e années en médecine fut organisé, quels médecins tout jeunes sont partis tout de suite pour aider à combattre coronavirus en mars encore et quel est l’examen le plus important pour les étudiants sortant.

Alexey Yuryévitch,  les étudiants des 4e et 5e années doivent maintenant passer leurs stages en mai et non pas en été. Pourquoi ce changement?

Les 4-5 années d’études ce sont déjà des étudiants assez murs, de vrais spécialistes. Ceux et celles qui le souhaitent peuvent déjà passer les examens qu’il faut ayant terminé la 3e année d’études et travailler comme infirmier.e.s. Quand il s’agit d’un stage c’est justement  cette fonction qui leur est attribuée. D’habitude c’est en été que le stage a lieu. Mais cette année le système de santé est vraiment surchargé et en état d’urgence. Le maire de Moscou a proposé de rapprocher les stages et permettre aux étudiants de les passer au mois de mai. Le Ministère de la santé ainsi que le Ministère de l’éducation et de la science ont approuvé cette mesure. Les stages ont commencé le 1e mai et vont durer jusqu’à ce que le régime d’urgence soit levé dans la capitale. 

Comment les étudiants sont- ils redistribués?

Avant les étudiants avaient le choix de faire leur stage dans les cliniques où RUDN a des départements intégrés. Mais maintenant cela se passe autrement : la base de données dont on possède on la redirige vers le Département de la santé de la ville de Moscou, et c’est là que la décision est prise. Les étudiants sont envoyé dans les hôpitaux où l’on a besoin d’aide. Chaque étudiant se présente à un entretien ce qui permet de bien choisir le candidat. Les étudiants ont un choix. Certains choisissent les services hospitaliers « propres ». Mais ceux et celles qui sont prêt.e.s à travaille »r aux urgences, signent un accord pour confirmer leur volonté. Les étudiants reçoivent d’abord des instructions, ensuite ils obtiennent un certificat et peuvent enfin attaquer le travail dans les hôpitaux, dont ceux qui ont été réaménagés pour accueillir les personnes atteintes du coronavirus.

Combien d’étudiants ont refusé de passer dans la «zone rouge»?

Je dirais pas qu’ils ont « refusé ». Il y a ceux et celles qui ne peuvent pas faire ce genre de travail pour des raisons diverses : état de santé, autres critères sociaux- mais ils sont moins que 300. On ne peut pas les condamner pour ça. 

C’est important de savoir que nous on ne les force pas à intégrer les « zones rouges ». Ni nous, ni le Ministère de la santé, ni le Ministère de l’éducation et de la science. Oui, sans doute, les stages sont obligatoires pour les étudiants mais c’est à eux de voir où ils veulent les faire, c’est leur choix. Et il peut y avoir d’autres cas : des maladies chroniques, la grossesse, les enfants en bas âge, la cohabitation avec les personnes agées et autres. Tout cela est pris en compte. 

Depuis le mois de février tout un bâtiment résidentiel a été libéré à RUDN pour accueillir pendant 15 jours les étudiants qui arrivaient des pays atteints de coronavirus. Maintenant ces chambres sont réservées aux étudiants en médecine qui travaillent dans les services hospitaliers. Même les moscovites qui souhaitent minimiser leurs contacts avec les familles ont le droit d’y habiter.  

Combien d’étudiants de l’Institut de médecine se sont déjà portés volontaires et travailles dans les hôpitaux de Moscou ? 

Dès que le système de formation à distance fur introduit, 500 étudiants et internes environ se sont portés volontaires pour aider les soignants. Au moment où l’ordre sur les stages des étudiants en médecine est passé le nombre de volontaires a dépassé  1000 personnes. Parmi eux il y a même des étudiants de la 1e et de la 2e année d’études, il y a ceux qui sont en 6e année, il y a des étudiants étrangers qui travaillent comme bénévoles sans rien gagner en retour. Ceux qui souhaitent se font embaucher en tant qu’infirmiers. Nous comprenons très bien qu’aucun salaire ne serait suffisant pour compenser le risque qu’ils prennent.Je dirais qu’ils font tous un travail bénévole. 

En quoi consiste l’aide que les internes de RUDN apportent aux hôpitaux de Moscou?

Les internes ce sont déjà des médecins diplômés dont les compétences ont été préalablement certifiées. Mais ils ne sont pas encore spécialistes dans leur domaine. Ce sont des généralistes. Mais ils sont capables d’aider les aide-soignants, surtout dans les services où on a affaire à des malades contagieux, dans les urgences, les cardio services où on a besoin des mains en plus. On a surtout besoin de ceux qui sont en réanimation, épidémiologie, phtisiologie depuis leur début à RUDN- c’est une trentaine d’étudiants,- ces étudiants-là sont restés dans les hôpitaux   № 1 et № 2.

Le nombre de candidats qui vont choisir ces départements-là cette année peut être assez important. Quels critères allez-vous introduire lors des inscriptions  en internat ?

Je sens que cette année les étudiants seront plus motivés qu’avant. Mais on va continuer à accepter les candidats qui auront de bons résultats d’accréditation primaire. La seule différence c’est que cette année tout sera fait à distance.  Pour l’instant il y a des débats au sein du conseil des recteurs des universités de médecine concernant l’attribution des points en plus aux étudiants qui ont travaillé pendant la pandémie dans la zone rouge. Je crois que c’est une mesure bien juste. 

Quelles épreuves seront prévues pour ceux qui travaillent dans les « zones rouges »?

Leur plus grande épreuve c’est maintenant. Ceux qui sont allés aider les gens, ils ont déjà prouvé qu’ils sont médecins, de vrais médecins. Mais nous faisons tout notre possible pour que les étudiants maîtrisent d’abord la théorie et puis qu’ils soient capables et qu’ils aient envie de faire ce qu’il doivent faire étant médecins.  Et même maintenant tous ces étudiants ils continuent leurs cours en ligne. Ils trouvent le temps, malgré avoir des nuits à faire dans les hôpitaux, malgré les 24 heures d’affilée passées auprès des lits des malades. Nous essayons de prendre en considération leurs horaires de travail et leur plans d’études sont changés en cette fonction. Les étudiants qui terminent leurs études cette année tous les examens sont prévus en ligne. 

Qu’en pensez-vous des étudiants qui ont peur de « salir leurs casaques » ?

Si on décide de devenir médecin, on doit être prêt à ce que la casaque ne reste pas propre. On doit être toujours prêt à venir en aide : que ce soit dans la rue, dans l’avion ou ailleurs. Le médecin aide son patient quand il le faut. A l’heure actuelle nous avons tous le choix ; il y a ceux qui préfèrent passer leur temps à écrire des commentaires négatifs sur des sites restant bien assis dans un canapé. Je n’est rien contre eux mais je suis sûr que ces étudiants-là ne seront jamais bons dans leur domaine.

Je crois que les meilleurs ont choisi d’aller travailler dans les hôpitaux. Je suis fier d’eux. Cela prouve que la formation qu’on leur donne est correcte, car il ne suffit pas d’avoir des connaissances théoriques, il ne suffit pas non plus d’avoir fait des stages pratiques. Il faut se sentir médecin, il faut cette volonté d’aider l’autre. Et si cet élan vous est étranger, alors vous ne serez pas bon dans ce que vous faites.

Ca fait un moi que je travaille dans GKB № 52, je suis aux urgences. Ici les malades sont en état grave, leurs poumons sont réactivés par partie, les médecins se battent pour qu’ils restent en vie. Certains commencent à aller mieux et ils sont redirigés vers d’autres départements. Il y a ceux qui restent pendant 2 mois ici. Certains sont morts.  

D’abord je regardais les infirmières travailler, puis on m’envoyait porter des papiers, mais finalement j’ai eu la permission de travailler dans un box. La première nuit on a eu un patient, un jeune homme dans un état très grave. Il avait un choс septique. Tout la nuit on n’a pas fermé l’oeil. A un moment sa pression artérielle a commencé à baisser très vite. Le médecin disait :  « Adrénaline ! » Moi je prenais la seringue pendant que le médecin faisait le décompte:  80!..70...60...50!.. Le matin son état s’est stabilisé. Nous étions tous fatigués mais très contents. Dans 3 jours je suis venue faire mon tour et je suis allée voir ce patient. Malheureusement il est mort. 

Maintenant tous les étudiants ont la possibilité de faire un stage. Je crois que c’est vraiment une belle opportunité, cela permet d’avoir une expérience. On peut aussie déménager vivre dans la résidence universitaire et en plus on est payé. Mais moi j’ai choisi rester chez moi car c’est plus pratique pour moi pour arriver à l’hôpital de chez moi et je vis seule avec ma petite sœur. Elle aussi elle est bénévole, elle travaille à l’hôpital № 52.

Régina Zaynoutdinova
5e année d’études, soins infirmiers

Je fais mon stage à Kommunarka. Je suis dans la « zone rouge », on y passe 12 heures voire plus. Je suis resté dans les urgences pendant un mois et je peux dire que ce fut ma meilleure expérience, la meilleure décision jamais prise. Ici on est dans les conditions qui nous permettent enfin de mettre en pratique tout ce qu’on avait appris. Et on sait bien que la théorie ne vit pas sans expérience pratique et l’expérience pratique est aveugle sans un savoir théorique.  C’est pour cela que chaque jour quand je passe de la « zone propre » dans la « zone sale » je devient une meilleure version de moi-même. On se retrouve à l’hôpital à 8h du matin, on commence par vérifier les papiers, puis on fait le tour des patients accompagnés du médecin principal, ensuite on s’occupe de nos patients, on surveille toujours les écrans. Ca ne fait pas peur de rester dans les urgences car derrière toi il y a toujours des médecins qui peuvent d’aider. Et s’il y a des cas très graves, il y a des spécialistes en anesthésiologie, surtout le chef du service ОRIT-3, qui restent même ayant fait ses heures pour vérifier si tout va bien. Je suis très heureuse d’avoir eu cette chance d’être utile à l’hôpital GKB №40, d’avoir pu aider les patients en état grave. Le paysage de l’existence humaine où vient s’installer la maladie- cela permet non pas seulement traiter le corps mais aussi étudier la personnalité. Il y a un défaut dans les dossier cliniaues- ils contiennent aucune information sur la personne, atteinte du virus, on ne peut rien savoir de l’expérience personnelle vécue par le malade. 

Valéria Bakalin
5e année, soins infirmiers

Je fais mon stage à l’hôpital GKB №15 Filatov O.M. J’ai tout de suite pris la décision de travailler dans la « zone rouge », j’avais aucun doute.  

Notre université nous a proposé de se loger à la résidence universitaire pendant qu’on travaille avec  COVID-19, mais moi j’ai choisi rester à la maison, nous avons une maison de campagne et nous y avons déménagé. 

L’expérience que je reçoit ici au sein du service 4 n’a pas de prix. Le premier temps j’avais du mal à m’adapter au costume, les lunettes qui s’embuaient une heure après, mais c’est intéressant de voir son corps s’adapter et puis quelque temps après on fait plus attention à ces choses-là. 

Je dois dire qu’à l’hôpital GKB ГКБ № 15 ils ont trop bien organisé la « zone verte » : on y trouve toujours quelque chose à manger, il y a toujours des places libres pour se reposer et les bénévoles et les membres de l’administration sont très accueillants.  

Nous avons reçu des patients dans des états plus graves et moins graves mais ce qui nous ravit c’est que dans  98% des cas les malades quittent l’hôpital étant guéris. Ca veut dire que nous traitons bien les patients qui nous sont confiés.

Camélia Taraday
5e année, soins infirmiers

J’ai toujours voulu travailler avec « Médecins sans frontières». Le travail avec le  COVID-19 ce fut un vrai défi pour moi. L’année dernière j’étais en 3e année et j’ai passé un examen et suis allée travailler au service de chirurgie septique. C’était vraiment un travail sur le terrain pour moi en tant qu’infirmière, je réactivais les coeurs des patients, arrêtait le sang après les opérations. Tous les jours je suivais une infirmière pour apprendre à faire des picures dans les veines. Grâce à cette expérience j’ai pu être plus utile à Kommunarka, on me fait venir quand il y a un cas plus grave qui arrive. Ce n’est pas facile, mais je suis heureuse. Je travaille dans 2 hôpitaux, mes deux fonctions sont en relation avec  le  COVID-19  (GKB № 17, Hôpital de Kommunarka). 

Marina Pismarova
4e année, soins infirmiers

Je suis un bénévole. En tant que futur médecin je crois cela ignoble de rester à côté quand le pays traverse une époque difficile. Mes quelques amis de groupe et moi nous aidons les médecins de l’hôital de la «zone rouge» GKB № 7 Youdin. Durant mon service  je surveille les patients, je fais des procédures, je surveille les indicateurs biochimiques. Nous travaillons de 7:15 à 20:00. Je tiens à remercier M. Zourab Soudikoévitch de nous avoir aidé avec la résidence universitaire. Ceux qui trvaillent avec le  СОVID doivent être logés séparément des autres. Je comprends que mon travail est bien dangereux car je peux être contaminé ou transmettre la maladie, mais j’espère que ce sera surtout utile pour les personnes malades.

Ramiz Mohammed El-Khalaf
5e année, dentisterie

Mes amis et moi nous sommes dans la « zone rouge » GKB № 7 Yudine. Métro Kolomenskaya. Nous sommes là tous les jours, nous sommes libres d’organiser nos journées mais nous en parlons toujours à nos supérieurs. D’habitude on travaille de 7:15 à 20:00.  Nous avons des malades dans des états très divers. Si on découvre une pathologie quelconque chez un patient, on doit le traiter. Et souvent ils ont besoin des soins intensifs. 

Le premier temps quans la pandémie a été annoncée nous avons tous quitté la résidence universitaire, mon frère et moi nous sommes rentrés à Grozniy, mais je regrette point d’être revu de ma République pour cette cause. Nous avons fait les test vérificatif  COVID-19, avant de partir. Les tests étaient négatifs et nous sommes venus à Moscou et puis une fois à RUDN le direcvteur adjoint de l’Institut de médecine M. Soulikoévitch nous a attribué une chanbre dans un des bâtiments résidentiels résérvé à ceux qui travaillent avec le COVID. Aujourd’hui je suis content se faire partie de l’équipe qui applique tous les efforts pour combattre la pandémie. 

Yusoupe Bakaev
5e année, dentisterie

Au début je faisais infirmier à l’Hôpital clinique central auprès de l’Académie des sciences. Notre hôpital fut réaménagé pour desservir le  COVID-19. Je fais tout ce qu’une infirmière doit faire ( injections, perfusions, comprimés, analyses, surveillance des patients). On passe 12 heures au travail : de 9h du matin à 21h mais vu qu’on doit mettre le costume et l’enlever ensuite on vient plus tôt et on quitte plus tôt aussi.  Le traitement des patients reste le même sauf qu’un peu plus intensif. Je crois qu’il faut tout faire pour combattre la pandémie. Oui  on a toujours peur d’être contaminé mais l’hôpital veille bien à la santé de son équipe (on fait des analyses, il y a une procédure qui est prévue en cas de contamination). 

Vladlen Bachkatov
5e année, soins infirmiers

Je travaille à l’Hôpital clinique auprès  du Président de la Fédération de Russie. Depuis le mois d’avril notre hôpital fut réaménagé pour accueillir les patients atteints du coronavirus. Moi je suis au service d’endoscopie. Il y a beaucoup de travail mais nous répondons à tous les besoins des patients. Vu les circonstances on m’a attribué la fonction pleine et maintenant je travaille temps plein. Le système de garde n’a pas changé et nous faisons 24 heures tous les 3 jours. Je n’ai pas peur, au contraire j’ai compris que j’ai choisi le bon chemin. Je vois qu’étant en 5e année d’études  je peux déjà aider mes collègues supérieurs.

Kirill Gorbachyev
5e année, soins infirmiers
Formation
17 Jan
Les étudiants étrangers vont apprende à agir en situation d’urgence

Le 16 Janvie l’Université RUDN a signé un accord de coopération avec le Centre de recherche scientifique en situations d’urgence et protection civile (VNII GOTchS MtchS) qui prévoit des activités communes d’ici 2025.Cet accord prévoit une série de mesures et d’activités dans le domaine de la science, de l’éducation et de formation du personnel en vue de baisser les risques des catastrophes.

Formation
05 Jun 2019
Langage corporel italien : Daniele Donati révèle le secret aux étudiants de l’Université RUDN

Le 29 mai l’Institut des langues étrangères a accueilli Daniele Donati, directeur académique pour l’enseignement de l’italien de l’école «Campus Magnolie» pour étudiants étrangters.

Formation
24 Apr 2019
Oloympiade en russe langue étrangère : qui maîtrise mieux le russe donc?

Avril, 19-20. La IIème étape finale de l’Olympiade universitaire en langue russe langue étrangère parmi les étudiants « La Russie : traditions et modernité » s’est déroulé sur la base du département de la langue russe et de la didactique du russe de la faculté des lettrezs de l’Université russe de l’amitié des peuples. Les meilleurs vont représenter la RUDN à l’Olympiade panrusse en langue russe parmi les étudiants étrangers en automne 2019.